UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 22 décembre 2017

#ChangementsDeMentalité du 22-12-2017

2565r.jpgJournaliste, comme un allié. Journaliste, pas un ennemi.
Le 4è pouvoir, c'est loin d'être eux (Les journalistes) qui le détiennent chez nous. La pluie qui arrose Abidjan actuellement (21 décembre 2017, 16h33), va encore laisser des traces. Tout comme cette loi qui risque de s'abattre (comme la pluie sur Abidjan), sur le monde de la presse en Côte d'Ivoire, va aussi laissé des traces. Un ancien a écrit sur son profil, qu'il y a de fortes chances de voir les acquis dégringoler. Il a entièrement raison.

Ailleurs (dans ces pays, que tous envient), le journaliste a toute sa place (même si tout n'est pas parfait).

 

Il passe du simple rôle d'informateur à celui d'acteur de développement parce qu'étant le «chien de garde» de la chose publique. Par ici, on souhaite (on veut uniquement) des journaliste, tout juste bons pour les séminaires et colloques (aux recommandations toujours bonnes pour les tiroirs). 
Les regarder. Détruire. Agir. Gâter. Voler. Piller. Faire ce qu'ils veulent. Les regarder. Dans la peau du spectateur. Ne rien dire. Encore moins dénoncer. 
Journaliste, un allié. Pas un ennemi. La pluie va encore tomber. Mais... 
L'encre des plumes tiendra encore.

vendredi, 24 mai 2013

Liberté pour une presse encore plus efficace mais aussi citoyenne

Des journalistes libres oui mais des journalistes responsables. Une presse véritablement le 4ème pouvoir comme dans les pays que nos pays copient sans cesse. Ce 3 mai encore, beaucoup de choses seront dites, beaucoup de recommandations seront faites, mais le plus important ce sont les résultats qui n'arrivent presque jamais ici. Il s'agira encore de célébration. Mais il faut espérer mieux de ces "3 mai".610x(74).jpg

Des journalistes sont tombés encore la plume à la main en 2013. Cette autre journée mondiale de la liberté de la presse doit être une autre occasion de se rattraper si on se trouve du côté du législateur pour des droits plus importants des journalistes. Si on se trouve du côté de la presse aussi, voilà une occasion de se rattraper après les bavures et autres imperfections dans le métier. La réalité sur le terrain montre parfois de grosses fautes qui impactent négativement les sociétés.  

Tous le monde est donc interpellé surtout que l'impact du boulot des journalistes est visible partout. Plus de sécurité pour les journalistes, plus de liberté, de meilleures conditions de vie aussi, voilà certainement quelques recommandations qui seront faites en cette journée. 


 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE