UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 22 mai 2013

RHDP-8ANS : L’ENNEMI COMMUN K.O, L’HEURE DES DIVISIONS INTERNES

LES-MEMBRES-DU-RHDP.jpg18 mai 2005-18 mai 2013, il y a 8 ans naissait le RHDP Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et pour la Paix. Le PDCI RDA d’Henri Konan Bédié, le RDR d’Alassane Ouattara, l’UDPCI d’Albert Mabri Toikeusse et le MFA d’Innocent Anaky Kobenan, estiment qu’il est temps pour les héritiers d’Houphouët Boigny de se mettre ensemble pour former un front commun dans l’opposition politique ivoirienne face au FPI de Laurent Gbagbo alors président de la République. Un ennemi commun et tous convergent vers le même objectif.

Les gros bras de cette coalition que sont le RDR et le PDCI RDA montrent le chemin à suivre. Les petits eux suivent. Les souvenirs d’un Konan Bédié ennemi d’Alassane Ouattara sont oubliés. Le cheminement d’Anaky Kobenan et Laurent Gbagbo aussi est rangé aux oubliettes.  La cible est en vue et aucun problème du moins apparent ne se fait entendre. Après 6 ans de lutte, le RHDP vient à bout de LMP devenue la coalition rivale emmenée par le FPI. 2011, Laurent Gbagbo perd le pouvoir et l’objectif est atteint. C’est l’heure de la victoire et l’heure du partage du gâteau. Mais à l’heure du gain surviennent toujours les premières discordes et le RHDP aussi fort soit il ne sera pas une exception. La primature promise au PDCI RDA par Ouattara montre les premiers signes de ce mariage tumultueux. Soro d’abord comme premier ministre et « enfin » Ahoussou Jeannot comme pour dire chose promise chose due même si à un certain moment donné, l’opinion avait commencé à douter de la bonne foi des républicains. Le gâteau gâte tout vraiment. Le MFA ronge ses frustrations, le PDCI RDA montre un regain de forme avec des idées de reconquête, l’UDPCI veut s’affirmer, le RDR savoure et veut consolider son leadership. Les législatives de Décembre 2012, viennent confirmer cet état de fait. La dissolution unilatérale du gouvernement par Alassane Ouattara suite à des heurts dans le débat parlementaire au sujet de la loi sur le mariage, accentue la tension palpable mais que personne ne veut proclamer. Les dernières élections locales, ont mis en lumière d’autres failles de ce mariage que certains jugeaient sans amour.

De plus en plus, il est question d’une candidature du PDCI RDA d’Henri Konan Bédié à la présidentielle de 2015. KKB, le leader des jeunes du vieux parti, est de plus en plus incontrôlable. Tout cela ajouté aux sorties dans la presse d’Anaky Kobenan, tout porte à croire qu’à mi mandat, la coalition d’Alassane Ouattara est frileuse. L’idée de la présidentielle de 2015 donne un casse tête aux leaders du RHDP. L’allié du PDCI RDA se fixe de nouveaux objectifs sous l’impulsion des jeunes générations pendant qu’Alassane Ouattara veut lui rempiler. Et pourtant tous savent que se retrouver à la prochaine présidentielle en rang dispersé pourrait causer beaucoup de dégâts. D’où l’appel incessant du président du MFA et de certaines forces vives de la formation à revisiter les accords de son fonctionnement pour renforcer la coalition.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

mardi, 09 avril 2013

MUNICIPALES ET REGIONALES 2013 : LA VALSE « DES CAMELEONS POLITIQUES »

vote.JPGAttitudes subversives et rebelles, indiscipline, conversion ou ralliement à d’autres courants politiques, le contexte actuel des élections couplées municipales et régionales en Côte d’Ivoire met en lumière toutes sortes de machinations de la part « des caméléons politiques ». Le sens véritable de l’activité politique se trouve incompréhensible quand des hommes politiques mangent leur totem comme le dit l’ivoirien lambda. Ce qui répugnait devient l’objet d’un désir fou, d’une convoitise à couper le souffle.

De l’éléphant à la case, de la case à la neutralité ou encore de l’arc en ciel vers un arc avec des couleurs en moins, « les caméléons politiques » sont là, à la fête. Ils n’ont qu’une seule idée en tête, les voix des électeurs, la course d’une sécurité sociale ou d’un mérite mal reconnu dans la famille d’origine. « Les caméléons politiques » renient donc leurs origines pour le parent le mieux loti.


Les mouvements ou le « mercato » politique a vu sa matérialisation au cours des différentes cérémonies d’investiture des candidats aux scrutins du 21 avril prochain. Certains ont suscité l’étonnement tandis que d’autres n’ont pas surpris car, leur jeu de séduction et de drague de leur chapelle actuelle étaient bien visibles. D’autres ont choisi de porter leur nom de famille à un premier examen et ont décidé de le renier à un second.élections, municipales, candidats, Alassane, Ouattara, partis, politique, caméléons, valse, séduction, indiscipline, votes


Une expression populaire dans le pays dit qu’ « on sèche son habit où le soleil brille » et « les caméléons politiques » l’illustrent avec succès. La valse « des caméléons politiques » est lancée, le rythme est endiablé, les électeurs, juges d’un jour guettent eux aussi.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@williamsAKIRE