UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 01 octobre 2013

Affaire de pièces de monnaie lisses : la SOTRA dans la danse !

Alors que tout le monde pensait que l’affaire des pièces de monnaie lisses ne touchait que les opérateurs des petits commerces, la SOTRA vient prouver le contraire. Et pour cause, la Société des Transports Abidjanais, par le biais de sa gare lagunaire d’Abobodoumé, guichet numéro 1 a refusé ce vendredi le 20 septembre dernier de servir une femme pour possession de pièce lisse « Madame il faut changer ça ! » lance le vendeur de ticket au guichet de cette gare de bateau bus. Et la femme de répondre : « Changer quoi ? », c’est là que l’agent de la SOTRA réplique « Il faut changer ta pièce de 100 francs là ». mais qu’aurait fait cette femme si elle n’avait pas d’autres pièces de monnaie ? Et pourtant il y a quelques temps, le premier responsable de l’association des établissements bancaires avait mis fin à la problématique dans un reportage sur RTI1. Il avait été dit alors qu’aucune information émanant de la banque centrale n’avait été donnée à cet effet. Mais visiblement, cette information pour rassurer les uns et les autres n’aura servi à rien. En réalité, la SOTRA qui traite directement avec les banques n’a rien à craindre pour ses transactions. Les petits commerces quant à eux qui gardent souvent à domicile rechignent à accepter ces pièces principalement celles de 250 francs. C’est clair que si la SOTRA s’y met, il y a de quoi s’inquiéter et surtout voir les petits commerces être confortés dans leur volonté de refuser les pièces dites lisses. La grosse difficulté aujourd’hui, c’est que la polémique sur les pièces dites lisses enfle chaque jour un peu plus sans la BCEAO ne lève le petit doigt. Une communication dans ce sens, pour calmer les choses est plus que nécessaire. Williams F. Akiré willardofian@live.fr @WilliamsAKIRE

mercredi, 22 mai 2013

BUREAU DES OBJETS TROUVES A ABIDJAN: DROLE DE BUSINESS

« Chercher 100 francs, ancienne CNI retrouvée 1000 francs, nouvelle CNI retrouvée 2000francs, permis de conduire retrouvé 5000 francs… » Voilà ce qu’affiche le document de présentation d’un des nombreux bureaux des objets retrouvés d’Abidjan. A un de ces bureaux sis sur le pont d’Adjamé Liberté, sur un tableau ou par moment à même le sol de nombreuses de pièces d’identité : cartes nationales d’identité (orange et verte), carte d’étudiant, cartes professionnelles, permis de conduire. C’est donc un business bien huilé qui fleurit depuis quelques temps. Point de bonne volonté ou de philanthropie ou de gentillesse pour rendre à son propriétaire sa carte égarée ou peut être dérobée.

Ces pièces ont atterri en effet à ces bureaux suite à des vols ou de pertes de porte monnaie. Il y a donc de quoi encourager les pickpockets car lorsqu’on retourne des cartes d’identité aux bureaux des objets retrouvés, on ne retourne pas déçus parce qu’on s’entend, on négocie même.

Quelque chose doit être fait pour que les cartes d’identité perdues atterrissent plutôt aux postes de police. Ce business ressemble parfois à 100% de gain pour les voleurs de portes monnaie, qui ont désormais un endroit, un « bureau » où retourner ces cartes autrefois considérées comme sans valeur bien sûr pour le voleur !

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE