UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 18 juin 2013

GOUVERNEMENT : REMANIEMENTS REPETES EST-CE UTILE ?

gouv.jpgDe 2011 au moment de son investiture jusqu’à 2013, le Alassane Ouattara en est à son troisième Premier Ministre et bien plus de gouvernement. Le Président de la République a fait défilé Guillaume Soro, Ahoussou Jeannot et enfin Daniel Kablan Duncan pour des équipes gouvernementales qui changent aussi au gré des déménagements à la primature. Partout il est annoncé un énième remaniement, le chef de l’exécutif ivoirien l’a même confirmé lors de sa tournée dans l’ouest du pays il y a quelques semaines. Et pourtant tout cela n’est pas fait pour privilégier la continuité dans les départements ministériels.

C’est un éternel recommencement dans les ministères. Ainsi c’est difficile de s’attendre à des résultats super intéressants. Quand un nouveau ministre prend ses marques il n’est plus sûr de garder son poste. La presse rapporte même que des ministres nommés dans lors du dernier remaniement sont déjà sur le départ. Si ce sont des erreurs de casting qui motivent ces incessants remaniements, le « jury » des nominations ministérielles devrait s’appliquer car pendant ce temps là, les besoins des populations sont suspendus aux nominations.

En terme d’impact sur la population, difficile de s’attendre au miracle parce que celui on a précédemment transmis une requête ne sera plus là dans deux mois. Pour les individus animés de mauvaise foi, c’est la course à l’enrichissement pour ne pas être surpris d’avoir les poches vides quand sonnera l’heure du remaniement.

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

mardi, 28 mai 2013

BONOUA : GAZ-CARBURANT : Voilà où l’argent travaille !

Si les ivoiriens cherchent encore où « l’argent travaille » comme l’a dit Alassane Ouattara, le président de la République, ils peuvent aller voir du côté de Bonoua. « Ici l’argent travaille et tu n’a plus de problème » confie un chauffeur de taxi de la ville quand on lui demande comment faire pour utiliser le gaz comme carburant sans souci et en foulant bien sûr au pied les interdictions. «  C’est un papier qui se fait à 24 000 FCFA je crois à la mairie et tous les taxis d’ici sont alimentés par le gaz. Les moteurs y sont adaptés et même si on veut passer au carburant il faut aussi changer le moteur » poursuit un peu hésitant et méfiant le chauffeur de taxi.

La réalité est qu’après Yamoussoukro, Bonoua aussi semble « légaliser » l’usage du gaz comme carburant. Et dans cette cité, les usagers sont presqu’insouciants des dangers et des normes « On va faire comment et puis ici on n’a pas encore vu de danger lié à cela donc y’a rien quoi », avoue en nous quittant notre chauffeur de taxi. A Bonoua, personne ne veut évoquer la dangerosité de cette pratique encore moins des mesures du gouvernement en la matière. Cependant, les dangers qui y sont liés, les habitants du quartier SOPIM de Yamoussoukro les connaissent avec la scène du taxi parti en feu le 29 Juillet 2012.

Si la question, de l’augmentation inexpliquée du prix du gaz domestique est très souvent mise sur la table. Le gouvernement et le ministre Adama Toungara en charge des mines et de l’énergie, devraient se pencher sur l’usage du gaz comme carburant, phénomène aux risques énormes.

 

Williams AKIRE

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE