UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

dimanche, 30 juin 2013

HOMOSEXUALITE A ABIDJAN: QUAND PARIS S’EN MELE…

gays,lesbiennes,homosexualité,mariage,égalité,promotion,projet,france,abidjan,suivismeLa France vient de s’incruster dans le milieu de l’homosexualité en Côte d’Ivoire. La question était sur toutes les lèvres à Abidjan  lorsque le premier mariage de personne de même sexe a été célébré en France. « Bientôt le tour d’Abidjan ? » se demandaient les ivoiriens. C’est clair aujourd’hui que les choses pour imiter les paternels français sont bien engagées. Pousser Abidjan à suivre Paris c’est ce qui transparaît dans la première action d’envergure menée dans cette affaire. Alors que les ivoiriens devraient pouvoir mener leur propre débat avec leur loi et leurs valeurs.

Mais non. Le  25 juin dernier, la France a accordé un financement pour le projet d'une association ivoirienne de protection des homosexuels, transgenres et les personnes du métier du sexe. 30 millions de francs Cfa, c’est le montant de ce projet intitulé Weteminan qui signifie « Ensemble et tous égaux ». Le  but de ce projet révolutionnaire, la promotion et la vulgarisation des droits de l'homme concernant les minorités sexuelles à Abidjan. En Côte d’Ivoire, la question de l’homosexualité n’est pas abordée de façon officielle, la loi ivoirienne ne condamne pas mais ne donne pas aussi le feu vert à cette orientation sexuelle. L’appui de la France à ce projet vient donc ouvrir les vannes d’une lutte pros et antis mariage pour tous à l’ivoirienne. Et pourtant les français n’ont pas eu de « pressions » de Washington ou encore Bruxelles pour accorder le droit du mariage à tout le monde. L’Etat de Californie qui vient de renouer avec les mariages de personnes de même sexe après quelques années de suspension n’a pas eu non plus d’influence du pouvoir fédéral américain. Vous avez dit ingérence?   

Désormais, quelque soit l’issue de ce projet, la main de Paris dans ce suivisme souvent systématique d’Abidjan sera toujours visible. Dans l’hexagone, le gouvernement a eu beaucoup de mal à faire passer le projet de loi sur le mariage pour tous. Mais ce n’est certainement pas en Côte d’Ivoire qu’elle pourrait le faire haut la main. La France n’a pas fini de soigner son image encore trouble dans les esprits de bon nombre d’ivoiriens à l’issue de la crise qui a secoué le pays. Et l’ancien colonisateur vient se jeter pieds joints dans un bourbier qu’il a fabriqué lui-même. La loi sur le mariage a perturbé il y a quelques mois le parlement et la société ivoirienne et une autre bombe vient d’être lancée.

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

lundi, 24 juin 2013

L’EMERGENCE ECONOMIQUE A L’HORIZON … 2020, 2030, LA NOUVELLE OBSESSION PANAFRICAINE !

 

alassane ouattara, Joseph, Kabila, Bony Yayi, émergence, économie, développement, France, bailleurs, fonds« Je  ferai de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 », voilà l’une des phrases auxquelles les ivoiriens sont habitués de la part du président Alassane Ouattara. La question de l’émergence plus jamais est l’objectif majeur de la politique du numéro un ivoirien pour son premier mandat et pour son éventuel deuxième mandat. Depuis  cette annonce, la question  l’émergence à l’horizon 2020 est  reprise comme un chœur par les ministres, les directeurs généraux de sociétés et autres directeurs de services. Plus qu’une obsession, tout le monde veut se conformer à la ligne directrice imprimée par le chef de l’exécutif. Quand un ministre ivoirien prend la parole, il ne manque pas de faire allusion à cet idéal. Tout le monde se met au diapason.

Mais l’émergence il n’y pas qu’Alassane Ouattara, il y a aussi Joseph Désiré Kabila. Le président de la RD Congo fixe l’émergence de son pays à l’horizon 2030. Alors que l’opinion nationale s’interroge sur son départ du pouvoir, voilà une cible de plus qu’ajoute le fils Kabila à ses ambitions. Entend-il conduire le pays jusqu’à 2030 pour atteindre l’émergence économique ? Rien n’est clair et plus précis à ce niveau.

Le hors série numéro 4 du journal Marchés Africains, évoque l'émergence façon Bénin avec à sa une le président Bony Yayi.

Atteindre l’émergence à l’image de pays comme le Brésil, l’Afrique du sud et autres, mais il faut avant tout penser aux questions existentielles les plus élémentaires comme l’éducation, l’accès aux soins de santé, à l’eau potable… en réalité il ne sert à rien d’être obsédé par  cette idée et en oublier les choses immédiates et liées aux quotidiens des populations.

En Afrique, chaque concept ou projet arrive comme une mode à suivre, à copier ou encore une ligne de conduite à suivre impulsée par les bailleurs de fonds. Tous les pays non émergents s’y sont mis. Et désormais, plus aucun discours ne se fait sans la fameuse question de l’émergence économique à l’horizon…

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE