UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

dimanche, 20 octobre 2013

Politique nationale : Alassane Ouattara parti pour « s’éterniser »

Alassane Ouattara, politique, construction, pont,  oeuvre, projet, développement, Solution, partiSi Alassane Ouattara semble éternelle du fait de sa signature sur des coupures de billets de banques alors qu’il était gouverneur de la BCEAO, il semble décider à marquer la Côte d’Ivoire et ce pour toujours. ADO a décidé de s’éterniser dans les esprits par ses actions, par ses actions de développement.

Construction du troisième pont, construction de l’échangeur de la riviera 2, l’achèvement de l’autoroute du nord sur Yamoussoukro, voilà autant d’œuvres par lesquelles le champion du RDR se rendra éternelle. Car si la Basilique et d’autres gros œuvres du pays sont à mettre à l’actif d’Houphouët Boigny, si le pont 7ème tranche-8ème tranche est à attribuer à Laurent Gbagbo par exemple, le troisième pont tant attendu pourrait à lui seul marquer les esprits après le passage de Monsieur « Solution ». Cette œuvre porte déjà son empreinte et à sa finition, sa patte sera encore plus forte.

Avec le changement de dénomination de l’Université de Bouaké, Alassane Ouattara avait déjà lancé les choses. L’Université Alassane Ouattara est désormais là et même si cela a fait jaser, ADO a marqué le temps et le monde universitaire. Des milliers de diplômes porteront la marque « Université Alassane Ouattara » Si sur la gestion du pouvoir, rien ne dit qu’Alassane Ouattara veut s’éterniser, mais du point de vue développement et social, le président de la République actuel est bien parti.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

lundi, 24 juin 2013

L’EMERGENCE ECONOMIQUE A L’HORIZON … 2020, 2030, LA NOUVELLE OBSESSION PANAFRICAINE !

 

alassane ouattara, Joseph, Kabila, Bony Yayi, émergence, économie, développement, France, bailleurs, fonds« Je  ferai de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 », voilà l’une des phrases auxquelles les ivoiriens sont habitués de la part du président Alassane Ouattara. La question de l’émergence plus jamais est l’objectif majeur de la politique du numéro un ivoirien pour son premier mandat et pour son éventuel deuxième mandat. Depuis  cette annonce, la question  l’émergence à l’horizon 2020 est  reprise comme un chœur par les ministres, les directeurs généraux de sociétés et autres directeurs de services. Plus qu’une obsession, tout le monde veut se conformer à la ligne directrice imprimée par le chef de l’exécutif. Quand un ministre ivoirien prend la parole, il ne manque pas de faire allusion à cet idéal. Tout le monde se met au diapason.

Mais l’émergence il n’y pas qu’Alassane Ouattara, il y a aussi Joseph Désiré Kabila. Le président de la RD Congo fixe l’émergence de son pays à l’horizon 2030. Alors que l’opinion nationale s’interroge sur son départ du pouvoir, voilà une cible de plus qu’ajoute le fils Kabila à ses ambitions. Entend-il conduire le pays jusqu’à 2030 pour atteindre l’émergence économique ? Rien n’est clair et plus précis à ce niveau.

Le hors série numéro 4 du journal Marchés Africains, évoque l'émergence façon Bénin avec à sa une le président Bony Yayi.

Atteindre l’émergence à l’image de pays comme le Brésil, l’Afrique du sud et autres, mais il faut avant tout penser aux questions existentielles les plus élémentaires comme l’éducation, l’accès aux soins de santé, à l’eau potable… en réalité il ne sert à rien d’être obsédé par  cette idée et en oublier les choses immédiates et liées aux quotidiens des populations.

En Afrique, chaque concept ou projet arrive comme une mode à suivre, à copier ou encore une ligne de conduite à suivre impulsée par les bailleurs de fonds. Tous les pays non émergents s’y sont mis. Et désormais, plus aucun discours ne se fait sans la fameuse question de l’émergence économique à l’horizon…

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE