UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

lundi, 25 juillet 2016

Coupures d’eau à Yopougon BATIM1: L'ONEP au secours de SODECI

sodeci.jpgSamedi 23 Juillet 2016, il est 16h et voilà une semaine que les foyers de la cité BATIM 1 dans la commune de Yopougon à Abidjan n’ont pas reçu une goutte d’eau potable.

« On a coupé l’eau » c’est le refrain qui se fait entendre partout dans les différents ménages. On attendait l’eau de SODECI (Société de Distribution d’Eau en Côte d’Ivoire), c’est finalement l’eau de l’ONEP (Office National de l’Eau Potable) qui est venue irriguer les ménages en ce samedi.

Quand la citerne estampillé « ONEP » stationne sur ce parking de la Cité, c’est le soulagement chez tout le monde. C’est la course aux barriques, aux bidons… On a le temps de remplir 5 à 6 bidons de 20 litres et une barrique en attendant le prochain tour de l’ONEP dans le quartier ou au mieux le retour de l’eau source de vie dans les robinets.
Le gouvernement a pourtant annoncé à grand renfort de publicité que la fourniture en eau potable causerait moins de souci aux Ivoiriens notamment ceux de Yopougon. Le constat est tout autre et chacun doit se débrouiller comme il peut. eau.jpg

Alors que CIE (Compagnie Ivoirienne d’Electricité), la « sœur jumelle » de SODECI, est au cœur de la tourmente avec une protestation chaque jour un peu plus vive suite à une émission de doubles factures exorbitantes d’électricité, le distributeur d’eau n’est pas aussi à la fête, le temps s’annonce très mauvais pour le Groupe CIE-SODECI.

 

Williams F. AKIRE

@WilliamsAKIRE

 

lundi, 18 mars 2013

KOUMASSI-147 : EN MODE DELESTAGE

19h – 5h du matin, le noir et l’obscurité sont servis aux habitants de plusieurs quartiers d’Abidjan notamment la cité 147 dans la commune de Koumassi. Il n’y pas d’électricité à ces heures de la journée. Visiblement, le courant n’est pas dans la vie des populations de ces zones comme semble le dire le nouveau slogan de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité, structure de commercialisation de l’électricité, « dans le courant de votre vie ».

Cela fait trois semaines que  dure ce délestage sans compter le mois de décembre mais cette fois les « délesteurs » avaient épargné les réveillons.

La déception des habitants est grande car les désagréments sont nombreux. Les moustiques sont à la fête et c’est la fenêtre ouverte vers les maladies pour les moins chanceux des habitants. Ce délestage auquel font face ces quartiers rappellent de mauvais souvenirs, ceux de 2010 où le délestage avait été officialisé au grand dam des ivoiriens. Mais cette fois, c’est officieux et les soucis qui en découlent sont plus gros. Au niveau des factures d’électricité « Aucun changement malgré ce délestage » selon François Yao, habitant de la cité 147. Cependant, personne ne semble intéressé par une visite à la Compagnie Ivoirienne d’Electricité pour en savoir davantage. Certains habitants estiment que cela ne changera rien.

Le service après vente n’est pas le fort de bon nombre d’entreprises d’utilité publique en Côte d’Ivoire mais rien n’est fait. A l’heure où Koumassi, fait l’objet de luttes fratricides pour les municipales à venir, voilà de quoi satisfaire les populations et s’attirer leurs suffrages. La promesse pourrait changer de camp cette fois : « donne-moi du courant et je te vote ! ».

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE