UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 13 juin 2017

Université virtuelle de Côte d’Ivoire : la réalité du quotidien à la loupe

Université, Alassane Ouattara, étudiants, FESCI, Abidjan, bouakéVendredi 12 mai 2017, nous décidons de passer une journée avec Hubert Boua M’bo étudiant en licence 1 de  Développement d’applications et e-services (Das) à l’Université virtuelle de Côte d’Ivoire (Uvci).

Il est 9h quand nous rencontrons Hubert Boua M’bo sur le campus de l’Université Félix Houphouet Boigny de Cocody, site de l’Université virtuelle de Côte d’Ivoire (Uvci). « J’ai fait une réservation à la salle multimédia parce que j’ai un devoir à faire en ligne pour le module initiation aux médias sociaux. J’aurais pu le faire à la maison mais j’ai préféré venir sur le campus. », tel est le programme du jour d’Hubert M’Bo qui est rejoint par des condisciples.

Au menu des échanges, l’accès à internet. « Pour des soucis de connexion à internet, on est obligé de se déplacer sur le campus. », nous explique Florentin Delorne, étudiant en Licence 1  Développement d’applications et e-services (Das). « Ils ont promis des kits pour la connexion et  des tutoriels  pour expliquer les cours mais on n’a toujours rien reçu. », ajoutait Hubert M’Bo ce jour là. Internet, c’est en réalité la raison principale qui a contraint Hubert à se déplacer au campus pour faire son devoir ce jour au lieu de rester dans la commune d’Abobo, son lieu de résidence.

Un début de changement : L’Uvci offre 3500 kits informatiques à ses étudiants

La salle multimédia n’a pas résolu tous les soucis

Même à l’université virtuelle de Côte d’Ivoire, internet n’est pas la chose la mieux partagée et pour y avoir accès il fallait réserver une place en attendant la réception des kits. Mais « La salle ne peut contenir que 50 étudiants. », comme précisé sur www.uvci.edu.ci, dans un communiqué. Une fois dans la salle, Hubert entre son identifiant sur la plateforme de l’université et peut ainsi faire son devoir. « Les devoirs se font de différentes manières. Cela peut se faire sur fichier qu’on envoie en ligne au professeur ou en QCM (questions à choix multiples) en ligne avec un chronomètre intégré. », explique Hubert M’Bo.

Le devoir terminé, sa note est disponible sur le champ mais il ne nous la révélera pas.  Retour à la vie réelle et départ vers le quai du bus n° 49 en direction d’Abobo. Comme Hubert M’Bo, les étudiants de l’université virtuelle de Côte d’Ivoire n’ont pas choisi à y être orientés. Entre monde virtuel et monde réel, ils doivent trouver leur voie. Pour Hubert, c’est le rêve de travailler comme spécialiste en réseau et sécurité en sortant de l’Uvci.



Williams F. Akiré 

 

 

mardi, 26 novembre 2013

Villes au "toilettage circonstanciel de visites d’Etat"

ouattara.jpgAlassane Ouattara visite les régions du Gbêkê et du Bélier. Et le champ lexical du nettoyage est de rigueur dans le quotidien des populations locales et dans la presse. Et pour cause, les unes des journaux ont annoncé avec énergie la mue ou encore le toilettage des villes à visiter par le Président de la République.

Lors de la visite du numéro un ivoirien à Man par exemple, dans l’ouest du pays, des routes avaient été retracées, plusieurs infrastructures avaient rajeuni. De nombreuses subventions et dons sont tombées sur les populations comme la pluie du mois d’Août.

A l’heure ou les régions du pays  baoulé rencontrent leur « Ala N’ssan » comme le disait Jean Kouacou Gnrambgé, le maire de Yamoussoukro, plusieurs localités font peau neuve. Mais le vernis mis à la hâte pour donner de l’allure aux villes étapes de ces tournées présidentielles, ne dure en général que très peu de temps. Une fois le président de la République parti, généralement tous les artifices s’en vont aussi. Or le plus important c’est que ces villes gardent l’allure qu’on leur donne en présence du Président de la République. Malheureusement pour les Ivoiriens, cette tendance ne date pas d’aujourd’hui par ici or il faut que cela change un jour.

Plusieurs interrogations naissent quant au sens apporté à ces projets. Stratégie pour susciter la sympathie des populations à visiter ou réel souci d’améliorer le quotidien de ces villes? C’est clair que politiquement on répondrait que c’est le quotidien des populations qui intéresse. Cependant, ces mêmes populations se demandent ce qu’aurait été le sort de leur ville si elle ne recevait pas le Chef de l’Etat.

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE