UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 01 octobre 2013

PDCI-RDA: Charles Konan Banny, pour « un quitte ou double politique » !

Charles Konan Banny, nouvel étalon en course pour la présidentielle de 2015 en Côte d’Ivoire. Son nom a longtemps rimé avec argent du fait de son poste de gouverneur de la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. Mais si le nom de l’originaire de Yamoussoukro, n’a pas toujours rimé avec politique, il a un certain moment symbolisé l’espoir d’un renouvellement de la classe politique ivoirienne. Il semble désormais décidé à prendre son destin politique en main après avoir essuyé plusieurs revers. Membre du PDCI mais pas trop loin des idéaux de nombreux militants de partis adversaires, l’actuel patron de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation, était espéré à la présidentielle de 2010 mais au finish l’inusable Henri Konan Bédié s’était préféré lui-même. Plus technocrate que politique, bon nombre d’ivoiriens de chapelles politiques différentes voyaient en lui, un homme d’Etat, « propre » c’est-à-dire sans une part active dans les remous socio politiques ivoiriens. Il représentait la carte à jouer en remplacement du triangle politique traditionnel Gbagbo-Bédié-Ouattara. Mais non ! Après la présidentielle de 2010, il est mis aux « vestiaires » en se voyant attribué le rôle de réconciliateur des ivoiriens. Une CDVR en réalité, qui n’a jamais pu travailler, donc qui n’a pas pu réconcilier les ivoiriens. Banny dans une CDVR, clouée dans les starting-blocks, cela fait l’affaire tant des caciques du PDCI RDA que du pouvoir en place. A son passage, à la primature sous Laurent Gbagbo en 2005, il s’était montré ferme dans sa gestion, chose qui lui avait valu la sympathie des uns et des autres. Aujourd’hui il veut prendre en main sa vie politique avant d’être repris par le temps. Charles Konan Banny a aujourd’hui 71 ans. C’est donc son premier véritable combat qu’il s’apprête à mener et peut être son dernier. a l’issue de la prochaine Présidentielle, un résultat autre que la victoire signifierait à n’en point douter la fin politique de l’ancien boss de la BCEAO. Williams F. Akiré willardofian@live.fr @WilliamsAKIRE

vendredi, 26 juillet 2013

CRISE AU PDCI RDA : KKB REGRETTE HOUPHOUËT ET VEUT BRILLER COMME GUILLAUME SORO

kkb.jpgKouadio Konan Bertin, le président de la Jeunesse du PDCI et objet de toutes les tensions au sein du vieux parti continue sa « campagne » à travers le monde. Alors qu’il annonce sa volonté de succéder à son « père » Henri Konan Bédié, KKB, regrette 20 ans après Houphouët Boigny, parce qu’aujourd’hui il ne fait pas bon être ami du premier responsable de la JPDCI. « Par le passé ce n’était pas le cas sous Houphouët, d’ailleurs le président Bédié tout jeune qu’il était s’est bien vu confié de lourdes charges ! » s’est confié KKB à  Africa24.

Une chose est claire, KKB ne veut pas rester dans l’ombre des anciens qui ne voit qu’un PDCI « bédiéiste », KKB veut d’un PDCI indépendant et fort vis-à-vis de ses adversaires et alliés politiques. De jeune loup aux dents longues, le député de Port-Bouët, a plus qu’atteint la maturité. Et il réclame plus « Pour que Soro en soit là, il a fallu que des gens l’appuient ! » a lâché KKB.

Soro Guillaume, la quarantaine entamée récemment, est président de l’Assemblée Nationale donc dauphin constitutionnel d’Alassane Ouattara. Le fauteuil présidentiel est sur son itinéraire politique et l’ancien leader des forces nouvelles ne cracherait pas sur pareille opportunité. Aujourd’hui cadre du RDR, avec d’autres jeunes comme Karamoko Yayoro, Soro Guillaume est la preuve que le parti à la case compte sur ses jeunes. Côté allié du PDCI, la jeunesse est une tendance difficile à supporter, la preuve plusieurs cadres souhaitent voir Bédié et 79 ans rempiler à la tête de la présidence du parti.  L’épilogue de ce feuilleton « KKB-PDCI RDA » est encore loin, les dégâts quant à eux sont loin de s’arrêter.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

 

@WilliamsAKIRE