UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 08 juin 2016

Côte d'Ivoire: Quand l'essentiel n'intéresse personne!

constitution, Gbagbo, Ouattara, Abidjan, Côte d'Ivoire, électionVoilà que les procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale ainsi que celui de Simone Gbagbo à Abidjan ont fait place depuis quelques semaines à l'affaire de "la révision de la constitution".  Aujourd'hui toutes les énergies sont focalisées et ont "volé" la vedette aux célèbres détenus de la crise post-électorale de 2011 en Côte d'Ivoire.

A la une des journaux et dans les petites causeries de quartiers, on ne parle que de "révision de la constitution". A ce sujet, le Président Alassane Ouattara en quête de consensus sur la question a reçu l'opposition politique sans succès (pour le moment). Et pourtant (mille fois... et pourtant), les microbes aujourd'hui appelées "enfants en conflit avec la loi" sévissent dans les rues abidjanaises (pour le moment). Et pourtant, la cherté de la vie est une réalité devant laquelle tout le monde est devenu stoïque tant l'indifférence et l'inaction des autorités sont flagrantes. Blé Goudé, justice, quotidien, Ivoiriens

Voilà l'essentiel pour les Ivoiriens et pour les Abidjanais en particulier, il ne s'agit pas de débattre sur comment réviser la constitution. Il ne s'agit pas d'en faire l'affaire de l'année alors que les Ivoiriens dans leur ensemble attendent sécurité et remplissage du panier de la ménagère à son retour du marché.  

Là où tous les pays et gouvernements pensent développement, l'heure est "chez nous"  aux spéculations à impact zéro sur le quotidien des populations. Tout le monde est devenu juriste, constitutionnaliste ou même politicien...

L'essentiel c'est le quotidien des populations. Des populations qui elles mêmes gagneraient à être préoccupées par leur quotidien que par les valses politico judiciaires qu'offrent les joueurs de la  "politique FC de Côte d'Ivoire". 

 

Williams F. Akiré

@WilliamsAKIRE

mercredi, 28 août 2013

Crise au PDCI - Présidentielle de 2015 : le prix du kilo du « Bédié » pourrait connaître une hausse

LES-MEMBRES-DU-RHDP.jpgL’héritage d’Houphouët Boigny est devenu trop lourd pour ses héritiers. C’est désormais la course au pouvoir au sein du PDCI RDA, parti dans lequel les « vieux » ne sont plus maîtres de la basse cour. Les jeunes grandissent et veulent plus. Mais dans ce qui pourrait être un scénario « Mugabé » à l’ivoirienne, Henri Konan Bédié, 79 ans président du parti pourrait voir sa côte monter même si ce n’est pas dans son propre camp surtout en vue de la présidentielle de 2015. En réalité, si Bédié parvient à se maintenir à la tête de son parti, malgré les textes, la candidature unique au sein du RHDP pourrait être à l’ordre du jour pour la présidentielle à venir. Si un journal pro-Ouattara a titré à sa une du mardi 27 août 2013 « Bédié déjà président », cela montre bien, l’intérêt de l’allié du RDR dans la crise qui secoue le plus vieux parti de Côte d’ivoire.

Le camp Ouattara a tout à gagner avec une reconduction de Bédié à la tête du PDCI qu’avec KKB ou encore Djédjé Mady. La valeur de l’actuel président du PDCI pourrait dès lors devenir inestimable surtout pour son allié du RDR et en particulier pour Alassane Ouattara, son leader. Dans pareil cas de figure, le prix du « Bédié » plus qu’en 2010, pourrait flamber. L’ex Chef de l’Etat a pesé il faut le rappeler de tout son poids dans l’élection d’Alassane Ouattara. A l’époque, Bédié avait demandé à ses militants de donner leurs voix à l’actuel locataire du palais présidentiel. Mais s’il ne parvenait pas à s’assurer la présidence du PDCI ou si le parti en ressortait divisé avec la valse des pro-KKB et Mady, le matelas PDCI pourrait s’avérer difficile à acquérir pour Alassane Ouattara. Avec les nouveaux rivaux du sphinx de Daoukro, les lignes pourraient bouger  et pour ne pas arranger les affaires du parti au pouvoir.

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE