UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 11 septembre 2013

Education Nationale : Rentrée scolaire avec 3.000 enseignants que l’Etat « exploite » !

enseignant, école, rentrée scolaire, contrat, Etat, recrutement, situation, Odienné, Alassane Ouattara, Kandia KamaraAlors que la rentrée scolaire pointe son nez, 3.000 enseignants sont dans l’incertitude. Incertitude liée à leur statut flou au sein du système éducatif depuis leur recrutement dans l’opération d’urgence lancée en 2012.

Le contrat signé pour durer 4 mois renouvelable avec en prime 100.000 francs cfa par mois, a été reconduit « verbalement » selon l’un de ces enseignants affecté quant à lui au Lycée d’Odiénné en qualité de Professeur de Sciences Physiques. Ce renouvellement de contrat de manière informelle n’est pas fait pour arranger ces enseignants car il n’y a aucune mesure d’accompagnement. « C’est la troisième année qui commence et toujours rien ! C’est parce qu’on n’a pas d’autre réseau. On nous exploite ! »  lâche ce professeur de sciences physique qui s’étonne de ce que leur situation ne soit pas à l’ordre du jour alors qu’on parle de rentrée scolaire.  Et pourtant côté travail, l’abattage de ces enseignants sans statut est égal à leurs collègues fonctionnaires d’Etat.

enseignant, école, rentrée scolaire, contrat, Etat, recrutement, situation, Odienné, Alassane Ouattara, Kandia KamaraC’est la troisième année pour ces enseignants dont le quotidien est loin d’être facile quand on sait ce que représente un travailleur pour une famille ivoirienne. Et dans ce contexte, les 100.000 francs cfa mensuels, s’avèrent insuffisants pour les besoins de ceux-ci. L’Etat a du mal à respecter ses engagements vis-à-vis de ces contractuels mais il ne saurait s’en séparer surtout face au déficit d’enseignants dans le système éducatif. Des tractations sont en cours depuis plusieurs mois pour une amélioration du statut de ces enseignants dont a situation rappelle celle des enseignants « raccrochés-décrochés ».

Aujourd'hui, l'une des grosses inquiétudes c'est que ces enseignants entament un mouvement de grève. Les préjudices dans ce cas là seraient importants pour les élèves.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

mercredi, 07 août 2013

CHUTE DE LA BARRE DU BEPC A 80 POINTS: FAUT-IL CRAINDRE POUR LES PROFESSIONS « NIVEAU BEPC » ?

Kandia Kamara, école, élèves, résultats, admis, Police, officier, ministère, réforme, emplois, menace, danger, niveau,  BEPC, La barre des 80 points franchie, le BEPC, Brevet d’Etude du Premier Cycle est désormais en poche. Bonne nouvelle pour les élèves. Mais les admis au BEPC 2013 doivent aussi leur réussite à l’uniformisation des coefficients des matières (coefficient 1) d’où le taux impressionnant de plus de40%. Ainsi, en ayant 15 à l’épreuve sportive et 5 en mathématiques, on peut être admis.

Dans cette formule qui ressemble à une opération  « BEPC pour tous », faut-il craindre pour les professions liées au BEPC ? Les concours dont le niveau pour postuler est le BEPC sont-ils en danger ? En réalité, avec la nouvelle reforme, mêmes les élèves ayant un niveau très faible peuvent être admis. Ils ont le diplôme mais ont-ils seulement le niveau, la formation adéquate ? C’est clair, que les concours niveau BEPC, verront venir des candidats titulaires du BEPC au niveau inéquivalent.

Pour l’entrée à l’Ecole nationale de Police, le niveau de sous officier requiert le BEPC et la projection dans l’avenir des nouveaux titulaires de ce diplôme suscite beaucoup d’interrogations. Avoir juste pour meilleure note, celle de l’épreuve sportive ou encore de l’oral d’anglais dans laquelle des moyens peu recommandables sont souvent utilisés. Il y a tout à craindre dans ce cas de figure. Aujourd’hui, nombreuses sont ces personnes en quête de certains diplômes en l’occurrence du BEPC, en vue de l’obtention d’un emploi ou pour passer un concours. La question du niveau se pose encore et encore. Maintenant, si ces différents concours BEPC, passent au niveau BAC, la reforme serait mieux comprise et aurait auprès de tous la justification qu’il faut.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

 

@WilliamsAKIRE