UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 01 août 2017

VIIIès jeux de la francophonie 2017 : De la cacophonie à la symphonie

DSC_0522.jpgLe diagnostic de l’organisation des VIIIès jeux de la francophonie organisés par la Côte d’Ivoire, n’était pas le meilleur. Une machine grippée avant même le début de l’évènement. Les pluies c’est vrai ont foutu la frousse à Beugré Mambé. Le ministre des jeux de la francophonie. Il faut le rappeler à quelques jours, on mélangeait encore du ciment sur les différents sites. Mais il n’y avait pas que les pluies qui inquiétaient. Les pelles, les brouettes, les truelles sans parler des bulldozers étaient encore de sortie à quelques heures du début des jeux. Même le « jardin tropical » logé à l’entrée du village Akwaba, n’a pu exister que de nom. Cafouillage et cacophonie régnant en maîtresses dans l’arène de l’organisation. 10 jours après, la Côte d’Ivoire passe la main au Canada – Nouveau Brunswick. Le pays de Ouattara passe la main sans la grosse honte. 5 médailles d’or au compteur dont les 2 gagnées au relais 4x100 mètres avec ce finish, taille patron, de Marie Josée Ta Lou. La Côte d’Ivoire  se classe à la 6ème position avec dix-neuf (19) médailles dont six (6) en or, huit (8) en argent et neuf (9) en bronze. Un stade Félix Houphouët Boigny, plein comme aux grandes heures de la « Séléfanto ». Malgré la défaite des éléphanteaux en finale face au Maroc, témoigne à lui tout seul, de la ferveur   suscitée avec l’évènement. De la cacophonie à la symphonie, la team à Beugré Mambé a réussi son pari. Beugré Mambé « Nansi* » (Merci en langue ébrié, groupe ethnique de Beugré Mambé).

 

Williams F. Akiré

mercredi, 23 décembre 2015

Côte d'Ivoire / Fêtes de fin d'année et pétards: une cacophonie officialisée

petards.jpgAlors qu'un communiqué gouvernemental interdit via la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI), l'utilisation des pétards à l'occasion des fêtes de fin d'année, c'est tout le contraire qu'il est donné de constater.

A Abidjan comme à l'intérieur du pays, c'est la foire aux pétards. Et pourtant le souvenir de la crise militaro politique qui a secoué la Côte d'Ivoire est encore là. Un souvenir rythmé par le son des canons, des kalachnikovs et autres. Le désordre est bien là et de façon officielle, d'autant que l'entrée des pétards et autres explosifs sur le territoire ivoirien continue et augmente plus les réveillons approchent et ce sans que personne ne soit inquiétée dans cette filière. En attendant, les détonations se poursuivent et continuent d'effrayer enfants et adultes. 

Quand les autorités elles mêmes s'y mettent...

L'opération "Abidjan Perle des lumières" initiée par le District d'Abidjan a pour point clé un jet de feux d'artifices dont la détonation est plus importante et plus forte que les "petits" pétards lancés à Yopougon ou Abobo. A grand renfort de publicité, l'opération s'installe avec une audience à la hauteur des fortes détonations qu'elle produit.pétards, Abidjan Perle des lumières, interdiction, Abidjan, Côte d'Ivoire, Alassane OUATTARA

En clair, il est difficile de comprendre l'interdiction des pétards sans y mettre les moyens pratique de l'application de la mesure. Il est encore plus difficile de comprendre l'autorisation et la "bénédiction" de l'opération "Abidjan Perle des Lumières" avec ses détonations de feux d'artifices encore plus fortes. De nombreuses interrogations face à ce qui s'apparente à une négligence en attendant, les prochains dégâts, les prochains blessés et peut être le pire...

 

Williams F. Akiré