UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 26 septembre 2012

Une affaire de "Bébé au dos"

Les armes ont repris leur concert de détonation et de crépitement en Côte d'Ivoire et les barrages et autres corridors de sécurité ont refait surface. Ainsi de jour comme de nuit, les fouilles et contrôles de véhicules et individus  se multiplient.  Toutes sortes de situations se produisent à ces check point, cette fois une affaire de "bébé au dos". 

Dans la soirée du mardi 25 au Nouveau Quartier, un habitant du quartier répondant aux initiales de Marc.A a été interpellé par un élément FRCI en ces termes "Eh mon ami viens ici! Donc toi la nuit là tu te promènes avec bébé au dos... " lance le soldat FRCI, cigarette en bouche visiblement le chef de poste car se trouvant dans un kiosque à café non loin du Poste de Contrôle des soldats situé au Carrefour du marché de ce quartier. Il poursuit en disant" Tu es du quartier? Laisse moi fouiller ton sac et prends garde à toi si j'y retrouve des munitions..."  lance le soldat d'un air ménaçant et hautain. Marc.A sans discuter  ouvre son sac avec calme en disant "C'est mon ordinateur et rien de plus". Bilan de cette fouille, rien!  Une affaire de "Bébé au dos"  et une forte dose d'arrogance voilà ce qu'a reçu un honnête citoyen.

Si ce n'est pas le racket déguisée en mendicité ce sont les interpellations niant toutes les règles de la profession. Dur d'être dehors même à 21heures dans certains quartiers surtout quand on a un "bébé au dos". 

Période de crise oui, mais traumatiser les populations par de telles attitudes n'est pas recommendable. La mission de l'armée c'est bien la protection des biens et des personnes et non de les mettres en danger.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 


mercredi, 12 septembre 2012

Procès Gbagbo: La CPI en audience fin septembre

gbagbo.jpg

La Cour pénale internationale tiendra à partir du 24 septembre prochain, une audience pour déterminer la capacité de Laurent Gbagbo à assister aux procédures judiciaires le concernant.

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi une audience  à huis clos, qui se tiendra fin septembre, pour plancher sur l'état de santé de Laurent Gbagbo, ancien président ivoirien . Remis à la CPI depuis le 19 juillet dernier, il est soupçonné d'être co-auteur de crimes contre l'humanité survenus lors de la crise post électorale en Côte d'Ivoire. Il s'agit pour les juges de la CPI de déterminer si celui ci est en  bonne condition pour assister aux procédures.

Dans un document rendu public, la juge Silvia
Fernandez de Gurmendi a precisé que cette audience sera le lieu "de discuter de tous les sujets liés à l`aptitude de M. Gbagbo à prendre part aux procédures engagées à son encontre". Cette audience commence le 24 septembre dans l'après midi pour se poursuivre le lendemain dans la matinée.


 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE