UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

lundi, 18 mars 2013

KOUMASSI-147 : EN MODE DELESTAGE

19h – 5h du matin, le noir et l’obscurité sont servis aux habitants de plusieurs quartiers d’Abidjan notamment la cité 147 dans la commune de Koumassi. Il n’y pas d’électricité à ces heures de la journée. Visiblement, le courant n’est pas dans la vie des populations de ces zones comme semble le dire le nouveau slogan de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité, structure de commercialisation de l’électricité, « dans le courant de votre vie ».

Cela fait trois semaines que  dure ce délestage sans compter le mois de décembre mais cette fois les « délesteurs » avaient épargné les réveillons.

La déception des habitants est grande car les désagréments sont nombreux. Les moustiques sont à la fête et c’est la fenêtre ouverte vers les maladies pour les moins chanceux des habitants. Ce délestage auquel font face ces quartiers rappellent de mauvais souvenirs, ceux de 2010 où le délestage avait été officialisé au grand dam des ivoiriens. Mais cette fois, c’est officieux et les soucis qui en découlent sont plus gros. Au niveau des factures d’électricité « Aucun changement malgré ce délestage » selon François Yao, habitant de la cité 147. Cependant, personne ne semble intéressé par une visite à la Compagnie Ivoirienne d’Electricité pour en savoir davantage. Certains habitants estiment que cela ne changera rien.

Le service après vente n’est pas le fort de bon nombre d’entreprises d’utilité publique en Côte d’Ivoire mais rien n’est fait. A l’heure où Koumassi, fait l’objet de luttes fratricides pour les municipales à venir, voilà de quoi satisfaire les populations et s’attirer leurs suffrages. La promesse pourrait changer de camp cette fois : « donne-moi du courant et je te vote ! ».

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

jeudi, 07 mars 2013

DIVO-ELECTRICITE : LA CIE EN DANGER AU QUARTIER DIALOGUE

2013-03-02 09.50.41.jpgDivo, une visite au quartier Dialogue et tout le monde est d’accord pour dire que la Compagnie Ivoirienne d’Electricité n’y a pas de beaux jours à vivre. La raison, les branchements anarchiques sont les choses les mieux partagées. Ici, les bambous de chine sont transformés en poteaux électriques et les fils, câbles y exécutent leur plus beau ballet. Tout le monde, est abonné aux branchements anarchiques. Le compteur réglementaire peut souvent être à deux kilomètres tant l’extension est grande. Tout le quartier en profite quelques soient les fonctions et le rang social. Selon notre guide du jour, l’une des autorités politiques de Divo y résiderait. Comment vouloir faire changer le citoyen lambda si les dirigeants eux-mêmes descendent si bas ?électricité,divo,cie,etat,élections municipales,quartier dialogue,branchements anarchiques,bambous,danger,génie civil,abonnés,politique

Un homme de passage sur les lieux et disant venu d’Abidjan a lâché en passant « C’est sur nous que CIE se rattrape à Abidjan ! ». Et les plaintes dans les causeries de quartiers à Abidjan au sujet de l’augmentation des factures de l’électricité sont devenues monnaie courante.2013-03-02 10.16.40.jpg

Les habitations, les écoles et des pilonnes de téléphonie se côtoient dans ce paysage de bambous de chine. Des câbles sont souvent si bas qu’ils sont à la portée des gamins du quartier. Et pourtant personne ne se plaint et les choses sont devenues normales. Tout le monde attend peut être de voir un drame avant de réagir.

Les élections municipales approchent et au nombre des candidats il  y a un spécialiste du génie civil et de l’électricité. Bonne nouvelle pourrait-on dire pour la CIE mais mauvaise nouvelle pour les « abonnés » aux branchements anarchiques.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE