UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 22 mai 2013

BUREAU DES OBJETS TROUVES A ABIDJAN: DROLE DE BUSINESS

« Chercher 100 francs, ancienne CNI retrouvée 1000 francs, nouvelle CNI retrouvée 2000francs, permis de conduire retrouvé 5000 francs… » Voilà ce qu’affiche le document de présentation d’un des nombreux bureaux des objets retrouvés d’Abidjan. A un de ces bureaux sis sur le pont d’Adjamé Liberté, sur un tableau ou par moment à même le sol de nombreuses de pièces d’identité : cartes nationales d’identité (orange et verte), carte d’étudiant, cartes professionnelles, permis de conduire. C’est donc un business bien huilé qui fleurit depuis quelques temps. Point de bonne volonté ou de philanthropie ou de gentillesse pour rendre à son propriétaire sa carte égarée ou peut être dérobée.

Ces pièces ont atterri en effet à ces bureaux suite à des vols ou de pertes de porte monnaie. Il y a donc de quoi encourager les pickpockets car lorsqu’on retourne des cartes d’identité aux bureaux des objets retrouvés, on ne retourne pas déçus parce qu’on s’entend, on négocie même.

Quelque chose doit être fait pour que les cartes d’identité perdues atterrissent plutôt aux postes de police. Ce business ressemble parfois à 100% de gain pour les voleurs de portes monnaie, qui ont désormais un endroit, un « bureau » où retourner ces cartes autrefois considérées comme sans valeur bien sûr pour le voleur !

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

mardi, 14 mai 2013

POLITIQUE "DE CHEZ NOUS": UN CERVEAU ET POURTANT MINISTRE, DEPUTE, MAIRE...

kduncun1.png

Le même gars est ministre, député-maire souvent même président ! " Célèbres paroles du groupe zouglou Espoir 2000 qui datent mais qui sont plus que jamais d’actualité aujourd’hui en Côte d’Ivoire. A l’issue des législatives organisées en 2012, tous les membres du gouvernement étaient déclarés vainqueurs dans des circonscriptions électorales comme si on les y avait obligés.

Les dernières élections municipales et régionales ont exacerbé  cette "polyvalence" des hommes politiques ivoiriens. Les "déjà" ministre et député ont été encore élus maires ou président de conseils régionaux. S’agit-il de garantie ou d’une politique pour assurer leurs arrières ? L’autre dirait  "violente question !". Les potentialités au sein des partis politiques, ce n’est pas ce qu’il manque pour confier ou du moins tout offrir aux mêmes personnes déjà "rassasiées". Personnes qui naturellement ne pourraient assumer autant de charges pour leurs uniques cerveaux. Une tête, deux bras et pourtant une accumulation de postes à en couper une seule tête !

Les millions de sans emplois ivoiriens ne demandent pas à être nommés ministre mais n’ont pas envie de voir une floraison de personnes politiques "polyvalentes"et qui au finish laissent tout le boulot à leurs nombreux conseillers spéciaux. 

Une tête, deux bras et pourtant une accumulation de postes à en couper une seule tête !

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE