UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 07 août 2013

CHUTE DE LA BARRE DU BEPC A 80 POINTS: FAUT-IL CRAINDRE POUR LES PROFESSIONS « NIVEAU BEPC » ?

Kandia Kamara, école, élèves, résultats, admis, Police, officier, ministère, réforme, emplois, menace, danger, niveau,  BEPC, La barre des 80 points franchie, le BEPC, Brevet d’Etude du Premier Cycle est désormais en poche. Bonne nouvelle pour les élèves. Mais les admis au BEPC 2013 doivent aussi leur réussite à l’uniformisation des coefficients des matières (coefficient 1) d’où le taux impressionnant de plus de40%. Ainsi, en ayant 15 à l’épreuve sportive et 5 en mathématiques, on peut être admis.

Dans cette formule qui ressemble à une opération  « BEPC pour tous », faut-il craindre pour les professions liées au BEPC ? Les concours dont le niveau pour postuler est le BEPC sont-ils en danger ? En réalité, avec la nouvelle reforme, mêmes les élèves ayant un niveau très faible peuvent être admis. Ils ont le diplôme mais ont-ils seulement le niveau, la formation adéquate ? C’est clair, que les concours niveau BEPC, verront venir des candidats titulaires du BEPC au niveau inéquivalent.

Pour l’entrée à l’Ecole nationale de Police, le niveau de sous officier requiert le BEPC et la projection dans l’avenir des nouveaux titulaires de ce diplôme suscite beaucoup d’interrogations. Avoir juste pour meilleure note, celle de l’épreuve sportive ou encore de l’oral d’anglais dans laquelle des moyens peu recommandables sont souvent utilisés. Il y a tout à craindre dans ce cas de figure. Aujourd’hui, nombreuses sont ces personnes en quête de certains diplômes en l’occurrence du BEPC, en vue de l’obtention d’un emploi ou pour passer un concours. La question du niveau se pose encore et encore. Maintenant, si ces différents concours BEPC, passent au niveau BAC, la reforme serait mieux comprise et aurait auprès de tous la justification qu’il faut.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

 

@WilliamsAKIRE

lundi, 24 juin 2013

UNIVERSITE : LES ENSEIGNANTS APPELLENT LE PRESIDENT OUATTARA A L’AIDE

Boa Thiémélé, étudiants, université, Alassane Ouattara, amphithéâtre, enseignant, conditions, Si les étudiants de l’Université Félix Houphouët Boigny (Ex Cocody) ont choisi il y a quelques semaines la manière forte pour exprimer leur mécontentement face à leurs conditions de travail, leurs maîtres quant à eux donnent l’exemple. La preuve avec le professeur Boa Thiémélé Ramsès du département de Philosophie qui a publié ceci sur son profil Facebook ce lundi 3 juin 2013 :

« Au secours M. le président de la République de CI, Alassane Ouattara. Amphi Niangoran-Bouah de l'UFR SHS de l'Université Félix Houphouët-Boigny Cocody-Abidjan Mai 2013. Table de travail des enseignants. Mobilier branlant soutenu par des briques.».

En guise d’illustration cette photo qui en dit long sur les conditions de travail dans ce temple du savoir. L’Amphi Niangoran Boua, ouvert il y a moins de dix ans voit déjà passer le vent de la dégradation là où celui la réhabilitation semble pourtant être passée. Et les premiers mis en difficulté ce sont bien les étudiants et leurs maîtres. Cette fois, le professeur Boa, chef du département de Philosophie, s’adresse à Alassane Ouattara, le président de la République. Preuve peut être que les interlocuteurs logiques et directs sont impuissants voire inaptes à faire bouger les lignes.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE