UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

lundi, 24 juin 2013

UNIVERSITE : LES ENSEIGNANTS APPELLENT LE PRESIDENT OUATTARA A L’AIDE

Boa Thiémélé, étudiants, université, Alassane Ouattara, amphithéâtre, enseignant, conditions, Si les étudiants de l’Université Félix Houphouët Boigny (Ex Cocody) ont choisi il y a quelques semaines la manière forte pour exprimer leur mécontentement face à leurs conditions de travail, leurs maîtres quant à eux donnent l’exemple. La preuve avec le professeur Boa Thiémélé Ramsès du département de Philosophie qui a publié ceci sur son profil Facebook ce lundi 3 juin 2013 :

« Au secours M. le président de la République de CI, Alassane Ouattara. Amphi Niangoran-Bouah de l'UFR SHS de l'Université Félix Houphouët-Boigny Cocody-Abidjan Mai 2013. Table de travail des enseignants. Mobilier branlant soutenu par des briques.».

En guise d’illustration cette photo qui en dit long sur les conditions de travail dans ce temple du savoir. L’Amphi Niangoran Boua, ouvert il y a moins de dix ans voit déjà passer le vent de la dégradation là où celui la réhabilitation semble pourtant être passée. Et les premiers mis en difficulté ce sont bien les étudiants et leurs maîtres. Cette fois, le professeur Boa, chef du département de Philosophie, s’adresse à Alassane Ouattara, le président de la République. Preuve peut être que les interlocuteurs logiques et directs sont impuissants voire inaptes à faire bouger les lignes.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

mardi, 06 novembre 2012

Frais d'inscription dans les universités publiques de Côte d'Ivoire: toujours élévés

0_120919051524.jpgEnviron 100 000 francs CFA voilà ce que sont contraints de débourser les étudiants des universités publiques de Côte d'Ivoire pour l'inscription. Alors que le gouvernement annonçait la prise en charge de 70% des frais, le problème semble juste déplacé au lieu d'être résolu. Dans le détail il est question pour une étudiante de maîtrise de l'Université de Bouaké de 60000 francs CFA pour dit-on l'enrollement, deux fois 6000 francs CFA pour les années au cours desquelles les universités ont été fermées et enfin 25 000 francs CFA de pénalité. Quelle pénalité?

Difficile de comprendre quand on sait que la fermeture des établissements n'était pas le fait des étudiants. Du coup, pour les parents d'étudiants ayant prévu un certain montant pour assumer les dépenses relatives à ces opérations sont en difficulté. Du soulagement on passe très vite à la désillusion et la logique de toutes ces opérations est difficile à comprendre. Identification en ligne, identification physiquen paiement dans un établissement bancaire...


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE