UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 10 octobre 2013

Réhabilitation des universités : quel sort pour les cités universitaires en dehors de Cocody ?

Cissé Bacongo, étudiants, cités universitaires, Abobo, ex combattants, Mermoz, campusLes cités universitaires de la Cité Rouge, de Mermoz et du campus de Cocody font peau neuve. Cette embellie entre dans le cadre du vaste programme de réhabilitation des universités nationales entreprises depuis l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir. De nouvelles modalités d’accès à ces résidences pour étudiants sont même annoncées et pourtant il n’y a pas que la cité rouge, Mermoz et le Campus ! Dans ce vaste plan, que deviennent les cités de Port-Bouët, d’Abobo, de Williams ville, d’Adjamé 220 ?  Telle est la question que se posent la communauté estudiantine et même les parents d’étudiants qui espèrent pouvoir y loger leurs enfants surtout pour ceux qui ne résident pas à Abidjan.

Cette interrogation trouve tout son sens lorsqu’on voit l’état de quasi abandon dans lequel se trouvent les cités universitaires en dehors de Cocody. Mais il n’est pas seulement question d’abandon, peut être même de cession à des ex combattants de la crise post électorale. Au lendemain de la crise de 2011, la plupart de ces combattants ont pris comme résidence « officielle » ces résidences d’étudiants désertés par leurs locataires légitimes. L’inquiétude ira grandissant quand on sait la difficulté à gérer les problèmes liés aux militaires surtout ceux en rapport avec les ex combattants.  Des questions aussi sur la politique de réhabilitation des logements estudiantins surgissent. S’agit-il de privilégier Cocody, quartier plus en vue à Abidjan  et où tout le monde s’arrête contrairement à Abobo par exemple?

Il est clair que les cités universitaires de Cocody ne sauraient supporter la masse d’étudiant d’autant que même en plein régime la totalité de ces résidences étaient insuffisantes. Le départ nouveau tant annoncé est effectif mais il peine à décoller en ce qui concerne l’aspect logement des étudiants.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

 

mercredi, 11 septembre 2013

Education Nationale : Rentrée scolaire avec 3.000 enseignants que l’Etat « exploite » !

enseignant, école, rentrée scolaire, contrat, Etat, recrutement, situation, Odienné, Alassane Ouattara, Kandia KamaraAlors que la rentrée scolaire pointe son nez, 3.000 enseignants sont dans l’incertitude. Incertitude liée à leur statut flou au sein du système éducatif depuis leur recrutement dans l’opération d’urgence lancée en 2012.

Le contrat signé pour durer 4 mois renouvelable avec en prime 100.000 francs cfa par mois, a été reconduit « verbalement » selon l’un de ces enseignants affecté quant à lui au Lycée d’Odiénné en qualité de Professeur de Sciences Physiques. Ce renouvellement de contrat de manière informelle n’est pas fait pour arranger ces enseignants car il n’y a aucune mesure d’accompagnement. « C’est la troisième année qui commence et toujours rien ! C’est parce qu’on n’a pas d’autre réseau. On nous exploite ! »  lâche ce professeur de sciences physique qui s’étonne de ce que leur situation ne soit pas à l’ordre du jour alors qu’on parle de rentrée scolaire.  Et pourtant côté travail, l’abattage de ces enseignants sans statut est égal à leurs collègues fonctionnaires d’Etat.

enseignant, école, rentrée scolaire, contrat, Etat, recrutement, situation, Odienné, Alassane Ouattara, Kandia KamaraC’est la troisième année pour ces enseignants dont le quotidien est loin d’être facile quand on sait ce que représente un travailleur pour une famille ivoirienne. Et dans ce contexte, les 100.000 francs cfa mensuels, s’avèrent insuffisants pour les besoins de ceux-ci. L’Etat a du mal à respecter ses engagements vis-à-vis de ces contractuels mais il ne saurait s’en séparer surtout face au déficit d’enseignants dans le système éducatif. Des tractations sont en cours depuis plusieurs mois pour une amélioration du statut de ces enseignants dont a situation rappelle celle des enseignants « raccrochés-décrochés ».

Aujourd'hui, l'une des grosses inquiétudes c'est que ces enseignants entament un mouvement de grève. Les préjudices dans ce cas là seraient importants pour les élèves.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE