UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 18 avril 2013

GAZ COMME CARBURANT : LES TAXIS DE YAMOUSSOUKRO EN MODE EXPLOSIF !

A Yamoussoukro, l’interdiction d’utiliser le gaz butane comme carburant est bravée par les chauffeurs de taxis. Le gaz butane comme carburant, c’est la nouvelle norme dans la capitale politique. L’incendie qui a emporté un taxi au quartier SOPIM le 29 juillet 2012, n’entame en rien la volonté des transporteurs de bouder le carburant légal. 413257_366598790079934_782436513_o.jpg202268_366597940080019_593177606_o-1.jpg

« Tous les taxis que tu vois ici là roulent avec gaz hein! » confie un chauffeur de taxi. Dans la ville natale d’Houphouët Boigny, le choix du gaz butane résulte d’une comparaison « Avec le gaz, j’ai besoin de trois bouteilles à raison de 18 000 francs CFA jusqu’à minuit. Mais avec le gas-oil, c’est 22 000 francs CFA jusqu’à 22 heures. Avec le gasoil, tu t’anéantis, si tu veux faire taxi je te conseille de choisir l’option gaz», explique déterminé notre interlocuteur du jour.

Côté populations, la crainte du danger s’estompe aux heures de pointe lorsqu’il faut emprunter un taxi. Comme Garba 50, les habitants répondent « on va faire comment ? » d’autres plus sereins disent que « le seul risque encouru est de voir le véhicule prendre le feu ». Personne ne craint un drame.291362_366600006746479_350140485_o.jpg

Mais cette situation qui n’est pas un secret dans la capitale politique ivoirienne montre bien que l’application des mesures prises par l’Etat est inexistante. Or les drames liés à l’usage du gaz butane sont nombreux. Les vainqueurs des élections locales ont déjà du pain sur la planche. Le bras de fer avec les  transporteurs aura bel et bien lieu.

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

lundi, 25 mars 2013

FILTRE DE L’INDENIE : SOLUTION OU FUTUR PROBLEME ?

Le carrefour de l’Indenié, voilà un casse tête partagé par tous les ivoiriens et en particulier par les usagers de la route. L’Etat a semble t-il trouvé une solution en construisant un filtre géant dans les environs du lycée technique et du bidonville de Washington à Cocody. Le principe était de filtrer les eaux usées en transit avant qu’elles n’atteignent la lagune. Au bout, il s’agit de débarrasser ces eaux des déchets solides qui obstruaient les voies de canalisation causant les inondations plus loin en cas de pluie.bidonville, Indénié, Cocody, filtre, déchets, retention, autorités, ministres, Alassane Ouattara, hygiène, urbaniste

Petit bémol à ce plan d’urbaniste, l’avenir incertain des déchets retenus par le filtre à plus haut. La rétention de ces déchets, crée peu à peu un tas d’immondices, véritable cadre enchanteur pour les hérons. En réalité, la solution au dilemme du carrefour risque bien de devenir un problème en amont de l’ouvrage. Il se pose avec ces déchets retenus, la question de l’ensablement des lieux. Du sable arrive chaque jour avec les eaux usées et ce sable reste et crée peu à peu une baie qui finira par boucher le filtre et empêcher les eaux usées de faire leur transit.

Les déchets retenus par le filtre sont des toutes sortes. Il y a du plastique réutilisable qui pourrait être évacué afin de désengorger les lieux avant une solution définitive. Cette solution même si elle est provisoire donne de la matière pour les industries du plastique. Car nombreuses sont ces personnes qui bravent toutes les conditions d’hygiène pour la collecte d’objets plastiques destinés à certaines industries.

Solution pour résoudre le casse tête du carrefour de l’Indénié, le filtre géant annonce d’autres soucis et encore le tournis pour les autorités.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE