UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 12 juillet 2013

AMNISTIE AU NOM DE LA PAIX : SI GBAGBO L’A FAIT POUR CERTAINS, OUATTARA POURRAIT LE FAIRE POUR D’AUTRES…

alassane Ouattar, Laurent Gbagabo,  sécurité, Soro Guillaume, Blé Goudé, Abidjan, crise, amnistie, AHmed Bakayoko, WattaoAlors que la crise militaro politique de 2002 en Côte d’Ivoire trainait derrière elle désordre, instabilité et insécurité, les ivoiriens cherchaient une solution partout. Le but, revenir à la paix gage de toute croissance socio-économique, faire désarmer les forces nouvelles qui régnaient en maîtres dans la partie nord du pays. Pleuvaient alors les propositions de compromis entre un régime démocratique et une rébellion.

Et pour finir, il a été question d’amnistie pour les membres de cette rébellion. De nombreux ivoiriens avaient crié au scandale, à la foutaise mais c’était « un remède » comme l’avait dit Laurent Gbagbo, un remède pour le retour de la paix. S’en étaient suivi la descente des membres du MPCI, MJP et autres à Abidjan, puis leur adoption par les mêmes ivoiriens qui voulaient les voir devant la justice pour atteinte à la sécurité territoriale du pays.

Après les parrainages ou de co-parrainages de cérémonie parfois avec des membres du camp loyaliste, les désormais ex rebelles sont entrés au gouvernement avec Soro Guillaume comme Premier ministre. Une éclaircie apparaissait alors dans le paysage politique ivoirien, Gbagbo paradait très souvent flanqué de son « fils-adversaire » de Premier ministre. Drogba avec son premier ballon d’or était même allé à Bouaké, fief des forces nouvelles pour une célébration inédite. Un compromis a même permis à Alassane Ouattara d'être candidat à cette présidentielle de 2010.

La roue a tourné, les acteurs d’hier ont changé de postes, mais la paix, la sécurité et la stabilité, elles n’ont pas changé, elles se font toujours capricieuses. La crise post-électorale de 2010-2011 a laissé beaucoup de plaies, le pouvoir en place, sorti victorieux de cette bataille, réclame justice contre ses adversaires.

En exil ou à Abidjan, l’opposition entend résister. La stabilité tant recherchée est mise à mal. L’ambition d’émergence économique en 2020, ne pourrait se faire sans stabilité et Alassane Ouattara, économiste qu’il est le sait. Et comme Gbagbo, hier, lui aussi pourrait passer l’éponge sur tout ce dont on accuse les personnalités proches de Laurent Gbagbo. La pilule passerait difficilement c’est clair. Mais si en 2007, Soro Guillaume a été bombardé Premier ministre de Gbagbo, c’est que tout est possible. Un chef de famille, doit pouvoir faire des sacrifices pour la stabilité de sa maisonnée.

Aujourd’hui, la paix est une jeune dame capricieuse, difficile à dompter. Il faut la courtiser par tous les moyens, lui offrir l’impensable parfois. Et la paix, la croissance économique, l’émergence économique prônée par le numéro un ivoirien, ne seraient que pures utopies sans concessions véritables, peut être tant que l’autre camp sera poursuivi. 2007, a été historique, 2013 aussi peut l’être, juste pour la paix.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

lundi, 24 juin 2013

L’EMERGENCE ECONOMIQUE A L’HORIZON … 2020, 2030, LA NOUVELLE OBSESSION PANAFRICAINE !

 

alassane ouattara, Joseph, Kabila, Bony Yayi, émergence, économie, développement, France, bailleurs, fonds« Je  ferai de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 », voilà l’une des phrases auxquelles les ivoiriens sont habitués de la part du président Alassane Ouattara. La question de l’émergence plus jamais est l’objectif majeur de la politique du numéro un ivoirien pour son premier mandat et pour son éventuel deuxième mandat. Depuis  cette annonce, la question  l’émergence à l’horizon 2020 est  reprise comme un chœur par les ministres, les directeurs généraux de sociétés et autres directeurs de services. Plus qu’une obsession, tout le monde veut se conformer à la ligne directrice imprimée par le chef de l’exécutif. Quand un ministre ivoirien prend la parole, il ne manque pas de faire allusion à cet idéal. Tout le monde se met au diapason.

Mais l’émergence il n’y pas qu’Alassane Ouattara, il y a aussi Joseph Désiré Kabila. Le président de la RD Congo fixe l’émergence de son pays à l’horizon 2030. Alors que l’opinion nationale s’interroge sur son départ du pouvoir, voilà une cible de plus qu’ajoute le fils Kabila à ses ambitions. Entend-il conduire le pays jusqu’à 2030 pour atteindre l’émergence économique ? Rien n’est clair et plus précis à ce niveau.

Le hors série numéro 4 du journal Marchés Africains, évoque l'émergence façon Bénin avec à sa une le président Bony Yayi.

Atteindre l’émergence à l’image de pays comme le Brésil, l’Afrique du sud et autres, mais il faut avant tout penser aux questions existentielles les plus élémentaires comme l’éducation, l’accès aux soins de santé, à l’eau potable… en réalité il ne sert à rien d’être obsédé par  cette idée et en oublier les choses immédiates et liées aux quotidiens des populations.

En Afrique, chaque concept ou projet arrive comme une mode à suivre, à copier ou encore une ligne de conduite à suivre impulsée par les bailleurs de fonds. Tous les pays non émergents s’y sont mis. Et désormais, plus aucun discours ne se fait sans la fameuse question de l’émergence économique à l’horizon…

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE