UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 30 mai 2013

YOPOUGON-APRES SA DEFAITE AUX MUNICIPALES : QUE DEVIENDRA LE MARCHE DE DOUKOURE MOUSTAPHA ?

 

 

Doukouré Mosutapha, marché, Yopougon, Alassane Ouattara, régime, Bédié, construction, mairie, Treichville, AdjaméDepuis une dizaine d’années les travaux de construction du grand marché moderne « Doukouré » de Yopougon situé en face de la place FICGAYO sont à l’arrêt. Broussaille et activités peu recommandables de toutes sortes se partagent les lieux qui avaient pour objectif de faire entrer Yopougon dans une autre ère en termes de marché et de commerce. Après la chute d’Henri Konan Bédié en 1999, puis le départ de Doukouré Moustapha de la mairie de la commune, plus aucun vacarme de travaux de construction sur le chantier. L’énorme grue installée pour les travaux, prend de la rouille et un coup de vieux.

L’ex maire est-il parti avec ses soutiens financiers ? Est-ce un projet qui n’intéresse que lui ? Tout porte à le croire car depuis lors, plus rien ne bouge. C’est lui qui avait lancé le projet raison pour laquelle il porte son nom.Doukouré Mosutapha, marché, Yopougon, Alassane Ouattara, régime, Bédié, construction, mairie, Treichville, Adjamé

Les commerçants de la commune avaient retrouvé espoir le temps des élections municipales. Et pour cause, Doukouré Moustapha qui était en lice avait fait de l’achèvement de ce marché le point focal de sa campagne. Mais à présent qu’il n’a été élu, que fera-t-il ? Mieux que-deviendra le marché de Doukouré ?

Visiblement, si les travaux sont restés à l’arrêt après le départ de la maire PDCI RDA, il faut croire que rien ne pourrait être fait alors. La réalité est que, les régimes se succèdent en Côte d’Ivoire sans qu’aucun d’eux ne se sente concerné par la finition de cet ouvrage. Et pourtant l’argent du contribuable a déjà été engagé pour l’entame des travaux.

Doukouré Mosutapha, marché, Yopougon, Alassane Ouattara, régime, Bédié, construction, mairie, Treichville, Adjamé


A l’image de Treichville ou encore d’Adjamé, Yopougon a besoin d’un marché de cette envergure avec toutes les commodités. Nombre d’avantages y sont liés et pareille œuvre donne forcément une autre image.  

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

vendredi, 24 mai 2013

REINSERTION DES EX COMBATTANTS : LES MOTOTAXIS PARMI LES PROJETS ET POURTANT…

La réinsertion des ex combattants est en cours après plusieurs années de tergiversations. Divers projets sont au programme pour permettre à ces jeunes de se réinsérer socialement et professionnellement. Au nombre de ces projets de réinsertion, il y a les mototaxis aujourd’hui bien implantés dans les zones ex CNO de Côte d’Ivoire.moto.jpg

Ces jeunes hommes sur deux roues transportant de Dar-Es-Salam à Air France, c’est aujourd’hui courant à Bouaké. Et ce phénomène a prospéré au mépris de toutes les normes de sécurité routière et d’autorisation en la matière. Chacun y gagne et pourtant le danger est bien là ! Un accident entre deux mototaxis à Korhogo en Juin 2011 a attiré notre attention. La collision a projeté les motards sur plusieurs mètres avec plusieurs contusions. Heureusement aucun d’eux n’avait de passager. Sinon c’aurait été plus grave car rare sont ceux qui roulent avec un casque ne serait ce que pour le passager. Aussi suffit-il de savoir grimper sur une moto, la mettre en marche pour être autorisé à devenir transporteur mototaxi ? Les victimes d’accidents de mototaxis connaissent la réponse à cette interrogation.

23-07-2009-13-05moto taxi.jpgLa crise sociopolitique a favorisé la prolifération et l’entrée de ces motos d’origine asiatique. Aujourd’hui c’est pour des milliers de personnes une source de revenus. Il a été question à un moment donné de formation des conducteurs afin de régulariser et de sécuriser ce type de transport.

Bouaké la capitale du Gbêkê avec ses gbakas aussi capricieux n’offre pas de garantie en termes de sécurité pour ce type de transport.mo.jpg



La structure en charge de la réinsertion des ex combattants, devraient sérieusement éplucher tous les aspects du phénomène car encore une fois il ne suffit pas de  pouvoir monter sur une moto, la mettre en marche pour devenir transporteur.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE