UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

lundi, 24 juin 2013

L’EMERGENCE ECONOMIQUE A L’HORIZON … 2020, 2030, LA NOUVELLE OBSESSION PANAFRICAINE !

 

alassane ouattara, Joseph, Kabila, Bony Yayi, émergence, économie, développement, France, bailleurs, fonds« Je  ferai de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 », voilà l’une des phrases auxquelles les ivoiriens sont habitués de la part du président Alassane Ouattara. La question de l’émergence plus jamais est l’objectif majeur de la politique du numéro un ivoirien pour son premier mandat et pour son éventuel deuxième mandat. Depuis  cette annonce, la question  l’émergence à l’horizon 2020 est  reprise comme un chœur par les ministres, les directeurs généraux de sociétés et autres directeurs de services. Plus qu’une obsession, tout le monde veut se conformer à la ligne directrice imprimée par le chef de l’exécutif. Quand un ministre ivoirien prend la parole, il ne manque pas de faire allusion à cet idéal. Tout le monde se met au diapason.

Mais l’émergence il n’y pas qu’Alassane Ouattara, il y a aussi Joseph Désiré Kabila. Le président de la RD Congo fixe l’émergence de son pays à l’horizon 2030. Alors que l’opinion nationale s’interroge sur son départ du pouvoir, voilà une cible de plus qu’ajoute le fils Kabila à ses ambitions. Entend-il conduire le pays jusqu’à 2030 pour atteindre l’émergence économique ? Rien n’est clair et plus précis à ce niveau.

Le hors série numéro 4 du journal Marchés Africains, évoque l'émergence façon Bénin avec à sa une le président Bony Yayi.

Atteindre l’émergence à l’image de pays comme le Brésil, l’Afrique du sud et autres, mais il faut avant tout penser aux questions existentielles les plus élémentaires comme l’éducation, l’accès aux soins de santé, à l’eau potable… en réalité il ne sert à rien d’être obsédé par  cette idée et en oublier les choses immédiates et liées aux quotidiens des populations.

En Afrique, chaque concept ou projet arrive comme une mode à suivre, à copier ou encore une ligne de conduite à suivre impulsée par les bailleurs de fonds. Tous les pays non émergents s’y sont mis. Et désormais, plus aucun discours ne se fait sans la fameuse question de l’émergence économique à l’horizon…

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

mardi, 18 juin 2013

GOUVERNEMENT : REMANIEMENTS REPETES EST-CE UTILE ?

gouv.jpgDe 2011 au moment de son investiture jusqu’à 2013, le Alassane Ouattara en est à son troisième Premier Ministre et bien plus de gouvernement. Le Président de la République a fait défilé Guillaume Soro, Ahoussou Jeannot et enfin Daniel Kablan Duncan pour des équipes gouvernementales qui changent aussi au gré des déménagements à la primature. Partout il est annoncé un énième remaniement, le chef de l’exécutif ivoirien l’a même confirmé lors de sa tournée dans l’ouest du pays il y a quelques semaines. Et pourtant tout cela n’est pas fait pour privilégier la continuité dans les départements ministériels.

C’est un éternel recommencement dans les ministères. Ainsi c’est difficile de s’attendre à des résultats super intéressants. Quand un nouveau ministre prend ses marques il n’est plus sûr de garder son poste. La presse rapporte même que des ministres nommés dans lors du dernier remaniement sont déjà sur le départ. Si ce sont des erreurs de casting qui motivent ces incessants remaniements, le « jury » des nominations ministérielles devrait s’appliquer car pendant ce temps là, les besoins des populations sont suspendus aux nominations.

En terme d’impact sur la population, difficile de s’attendre au miracle parce que celui on a précédemment transmis une requête ne sera plus là dans deux mois. Pour les individus animés de mauvaise foi, c’est la course à l’enrichissement pour ne pas être surpris d’avoir les poches vides quand sonnera l’heure du remaniement.

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE