UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 12 juin 2019

Adoumangan / Jacqueville : US ALUMNI COTE D’IVOIRE sensibilise 150 femmes sur leur autonomisation.

US Alumni Côte d'Ivoire, Adoumangan, Yelenba, autonomisation, Jacqueville, Women wake up, Malika Kamara, Aissata Sidibé Ndia US ALUMNI COTE D’IVOIRE, association regroupant les bénéficiaires ivoiriens des programmes d’échanges du Département d’Etat américain, en partenariat avec l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) YELENBA, Women in action, a organisé le samedi 8 juin 2019, dans le village d’Andoumangan près de Jacqueville, le projet dénommé « Women wake up ! » (« Femmes réveillez-vous ! » en anglais), sur financement de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire.

 

 

« Women wake up ! », a pour fondement le double symbole de l’autonomisation de la femme rurale et du partage d’expérience professionnelle avec les femmes des villages d’Adoumangan et de Djassé.

Ce sont ainsi 150 femmes issues des 2 villages qui ont bénéficié de ces séances de sensibilisation. L’aspect consacré à l’autonomisation a consisté à faire d’une part, l’examen des difficultés et des entraves à l’épanouissement socio-économique de la gente féminine de ces villages et d’autre part à présenter des modèles de réussite au féminin et les secrets de leur success story. Et comme modèle de réussite, ces femmes ont bénéficié du partage d’expérience de Madame Henriette TOURE, propriétaire des restaurants « Sole Plus » d’Abidjan. 

A côté de celle-ci, AKA Shadon, membre de l’AWEP (African Women Entrepreneurship program) et membre de US Alumni Côte d’Ivoire, a présenté les opportunités qu’offre son organisation aux femmes, à savoir les intégrer dans une plateforme de femmes entrepreneures et leur faire bénéficier de renforcement de capacités en la matière. Mme Germaine TOURE, première présidente de l’Association Ivoirienne des Visiteurs Internationaux Côte d’Ivoire des Etats Unis d'Amérique (AIVI - USA), a quant à elle présenté aux femmes le modèle des femmes du village Niangognikaha, situé à environ 75 km de Katiola dans le nord ivoirien. Elles ont réussi à s’organiser en coopérative pour atteindre leurs objectifs sous son impulsion.

Gladys ANOH, entrepreneure ivoiro-sud-africaine, Fondatrice de la marque de savon noir naturel OYEMI a entretenu les femmes présentes sur les défis qu’elle a dû surmonter pour atteindre ses objectifs. Bintou CISSE, a enfin tracé les grandes lignes de son stage américain consacré à l’éducation de la jeune fille.

Ce « Women wake up ! » fera l’objet d’un suivi a indiqué Madame Malika KAMARA, de US ALUMNI COTE D’IVOIRE et Responsable du projet. Elle a assuré de la mise sur pied prochaine d’un programme de mentorat au profit des femmes d’Adoumangan. Il s’agira de créer un lien concret entre celles-ci et des opératrices économiques ayant réussi dans leurs domaines pour veiller à la bonne application des leçons apprises au cours de ces ateliers afin de les booster dans leurs initiatives. 

Pour sa part, Aissata Sidibé N’DIA, la Présidente de l’ONG YELENBA, Women in Action, a annoncé que son organisation finalisera le financement d’une école primaire à Adoumangan.

L’autre chapitre de cette journée a été le nettoyage de la plage du village. Les membres de US Alumni Côte d’Ivoire, de l’ONG YELENBA et les populations locales ont chaussé les gants pour nettoyer la plage afin de la débarrasser des matières métalliques, plastiques et autres déchets non dégradables.  A l’issue de cette activité, les femmes ont reçu des certificats de participation.

Il faut rappeler que cette activité intitulée « Women wake up ! » entre dans le cadre global du programme « Quand j’y étais », initié et financé par l’ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire. Il a pour objectif de permettre aux bénéficiaires des bourses d’échanges de partager leur expérience américaine par le biais d’actions communautaires déployées en zone rurale de préférence.

 

SerCom 

vendredi, 16 novembre 2018

Festiv'idées 2018 : Les US Alumni, apôtres du « Be the change »

festiv'idées,us alumni,etats unis,côte d'ivoire,blog,be the change

« Be the change », cette phrase de l'anglais, signifiant « être le changement » était au coeur du Festiv’idées 2018, la conférence annuelle des anciens boursiers des programmes du gouvernement américain. Pendant deux jours, les anciens boursiers réunis au sein de l'Association des US Alumni de Côte d'Ivoire (USACI) ont appelé à un un changement positif à divers niveau de la vie ivoirienne notamment dans l’administration publique, l’éducation, les médias, les droits de l’homme, le civisme, les technologies et bien d’autres. Ils ont aussi exhorté l’ensemble des Ivoiriens à être des acteurs de changement.

Mais « Be the change » pour quoi? Parce que l’école en Côte d’Ivoire est de moins en moins privilégiée dans la course à la réussite sociale. Certains ivoiriens ayant choisi, la paresse « casanière », la tricherie aux examens au concours ou encore le broutage pour devenir riche.

« Be the change » parce que griller un feu rouge est passé pour une attitude ordinaire et normale dans les rues d’Abidjan et de bien d’autres villes du pays.

« Be the change » parce que le désir de traverser la mer méditerranée pour rejoindre l’Europe est devenu le projet de toute une famille, le projet de plusieurs vies.

« Be The change » parce qu’il est temps de solutionner définitivement des revendications des travailleurs du secteur de la santé étant donné que les malades sont laissés à leur triste sort dans les hôpitaux.

« Be The change » parce que les droits de l’homme n’existent plus que de nom.

« Be The change » parce que les transporteurs, en particulier les véhicules de transport en commun (gbaka, taxi…) ont érigé la mauvaise conduite en norme.

« Be The change » parce que les routes biodégradables sont devenues la norme.

« Be the change » parce que chez nous élections (même en 2018) continuent de rimer avec violences, saccages, morts d’hommes.

« Be the change » parce que la politique continue sa marche pour devenir pour de vrai « la plus grosse arnaque du continent africain.

 

Williams F. Akiré