UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 22 février 2013

FEMUA 2013 : MAGIC SYSTEME - LA FOUINE, DU QUOTIDIEN DIFFICILE AU STATUT DE SUPERSTARS

La fouine, Magic Système, Asalfo, FEMUA, Anoumabo, Trappes, rap, galère, statut,Le festival des musiques urbaines d’Anoumabo annonce pour l’édition 2013, l’arrivée de la Fouine, qui représente aujourd’hui la crème du rap français. Avec cette pioche, les magiciens réalisent un gros coup surtout que le rappeur natif de Trappes est la figure de proue made in France en ce moment. Et c’est tout un symbole vu l’esprit du FEMUA et le parcours de la Fouine et des magiciens.

Anoumabo-Trappes, même vie difficile et berceaux de stars

Plus que ce plateau d’or pour cet évènement, il s’agit du sens du message du quatuor d’Anoumabo qui crève l’écran : partir de rien pour arriver au sommet. Avec Laouni Mouhid « La fouine », les gaous ont une illustration parfaite de leurs idéaux. Car comme eux, La fouine a une vie difficile et à travers ces albums il le traduit. De la rue à la prison en passant par les foyers, la Fouine en a bavé comme les magiciens dont la vie n’a pas été facile. Comme le dit souvent avec le sourire Asalfo le leader du groupe, « il y a des dettes que nous avons pas fini de payer ».

La fouine, Magic Système, Asalfo, FEMUA, Anoumabo, Trappes, rap, galère, statut,La fouine lui aussi rapporte dans ses chansons « on partageait nos grecs en deux» ou encore comme il le disait en 2009 dans le magazine Planète Rap Mag « Je n'avais que quinze ans quand j'ai été expulsé de l'école et placé en foyer. Je fuguais tout le temps. Mais il ne fallait pas que je dorme chez moi, sinon les flics venaient me rechercher direct. Je dormais chez des gens, dans des voitures, dans des locaux, etc. C'était la misère.»

Porte voix des milieux défavorisés, Magic Système et La fouine sont aujourd’hui des modèles de persévérance et de réussite avec pour point de départ des conditions pas évidentes.  La misère et la galère de la vie ont caractérisé leurs parcours mais aujourd’hui plus que jamais, le statut de super stars les réunit.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

mardi, 23 octobre 2012

Le phénomène des "brouteurs" devenu "normal" en Côte d'Ivoire

brouteur1.jpgLe phénomène des brouteurs prend de l'ampleur en Côte d'ivoire. A la base, la course vers le gain facile et sous le regard "complice" de tous.

Plus un cyber sans brouteur! Plus un quartier sans ses brouteurs! Dommage pourrait-on dire mais le phénomène des brouteurs, ces délinquants et arnaqueurs du net sont aujourd'hui un "corps de métier" comme tous les autres tant l'indifférence est totale. On surprend désormais des gamins en train de rêver devenir brouteur. Des élèves en tenue kaki passent leur journée d'école au cyber pour entretenir "leurs blancs". Certains parents offrent désormais le bureau à leurs  enfants "nouveaux travailleurs". Avec le" Wes" ou l'argent reçu (Western Union), des "brouteurs" s'offrent le matériel de travail: ordinateur portable et conexion internet. Ainsi à la maison, à l'abri des regards et avec la caution de leurs parents ceux ci travaillent. Le fruit de ce "travail" est bien sûr partagé par tous et souvent sert pour tenir la route dans la famille. 

Dans les cybers, même décor et même "complicité". Chacun cherche son intérêt dirait-on et c'est bouche bée qu'on travaille. A Abobo, un cyber situé derrière le bureau de la poste, affiche "accès interdit aux sites pornigraphiques et d'arnaque" et pourtant tous les clients du cyber présents à ce moment là sont des brouteurs. Drôle de mise en garde. 

Dans les coins chauds de la ville, les brouteurs figurent aussi en bonne place. Leurs noms et sobriquets ... CFA, ... BCEAO, ...Euros font la pluie et le beau temps dans les compositions des DJ et dans les propositions musicales des bars et maquis.

brouteur_crime_bonoua.jpgbrouteur.jpgRéaction? La question mérite d'être posée mais a du mal à trouver réponse tant les théories sont grandes en matière de lutte contre ce phénomène.  La seule action encore à l'esprit de tous les ivoiriens, c'est l'arrestation du jeune brouteur de 18 ans à Bonoua répondant au nom de Bony Evra. Arrestation survenue suite à la prise en flagrant délit de ce dernier en train de dépecer tel du gibier un enfant de 5 ans dans une broussaille. Cependant, nombreux sont ceux là qui passent par tous les moyens et usent de toutes les pratiques pour atteindre leurs désirs de paraître et de gagner de l'argent facilement. En réalité, c'est cela le but de cette activité. Faire la "prodada" et mener une vie avec tous les excès. 

Le mal est réel et il risque d'emporter la société toute entière. la culture de la paresse est à l'ordre du jour, la culture du gain facile est devenue la norme, la peur des choses mystiques est dépassée. Le constat est clair mais nul ne semble s'en inquieter. Sauf quand l'un de ces nouveaux travailleurs tombent dans la démence ou paie l'effet boomerang de ses pratiques.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE