UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 08 juin 2016

Côte d'Ivoire: Quand l'essentiel n'intéresse personne!

constitution, Gbagbo, Ouattara, Abidjan, Côte d'Ivoire, électionVoilà que les procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale ainsi que celui de Simone Gbagbo à Abidjan ont fait place depuis quelques semaines à l'affaire de "la révision de la constitution".  Aujourd'hui toutes les énergies sont focalisées et ont "volé" la vedette aux célèbres détenus de la crise post-électorale de 2011 en Côte d'Ivoire.

A la une des journaux et dans les petites causeries de quartiers, on ne parle que de "révision de la constitution". A ce sujet, le Président Alassane Ouattara en quête de consensus sur la question a reçu l'opposition politique sans succès (pour le moment). Et pourtant (mille fois... et pourtant), les microbes aujourd'hui appelées "enfants en conflit avec la loi" sévissent dans les rues abidjanaises (pour le moment). Et pourtant, la cherté de la vie est une réalité devant laquelle tout le monde est devenu stoïque tant l'indifférence et l'inaction des autorités sont flagrantes. Blé Goudé, justice, quotidien, Ivoiriens

Voilà l'essentiel pour les Ivoiriens et pour les Abidjanais en particulier, il ne s'agit pas de débattre sur comment réviser la constitution. Il ne s'agit pas d'en faire l'affaire de l'année alors que les Ivoiriens dans leur ensemble attendent sécurité et remplissage du panier de la ménagère à son retour du marché.  

Là où tous les pays et gouvernements pensent développement, l'heure est "chez nous"  aux spéculations à impact zéro sur le quotidien des populations. Tout le monde est devenu juriste, constitutionnaliste ou même politicien...

L'essentiel c'est le quotidien des populations. Des populations qui elles mêmes gagneraient à être préoccupées par leur quotidien que par les valses politico judiciaires qu'offrent les joueurs de la  "politique FC de Côte d'Ivoire". 

 

Williams F. Akiré

@WilliamsAKIRE

mercredi, 23 décembre 2015

Côte d'Ivoire / Fêtes de fin d'année et pétards: une cacophonie officialisée

petards.jpgAlors qu'un communiqué gouvernemental interdit via la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI), l'utilisation des pétards à l'occasion des fêtes de fin d'année, c'est tout le contraire qu'il est donné de constater.

A Abidjan comme à l'intérieur du pays, c'est la foire aux pétards. Et pourtant le souvenir de la crise militaro politique qui a secoué la Côte d'Ivoire est encore là. Un souvenir rythmé par le son des canons, des kalachnikovs et autres. Le désordre est bien là et de façon officielle, d'autant que l'entrée des pétards et autres explosifs sur le territoire ivoirien continue et augmente plus les réveillons approchent et ce sans que personne ne soit inquiétée dans cette filière. En attendant, les détonations se poursuivent et continuent d'effrayer enfants et adultes. 

Quand les autorités elles mêmes s'y mettent...

L'opération "Abidjan Perle des lumières" initiée par le District d'Abidjan a pour point clé un jet de feux d'artifices dont la détonation est plus importante et plus forte que les "petits" pétards lancés à Yopougon ou Abobo. A grand renfort de publicité, l'opération s'installe avec une audience à la hauteur des fortes détonations qu'elle produit.pétards, Abidjan Perle des lumières, interdiction, Abidjan, Côte d'Ivoire, Alassane OUATTARA

En clair, il est difficile de comprendre l'interdiction des pétards sans y mettre les moyens pratique de l'application de la mesure. Il est encore plus difficile de comprendre l'autorisation et la "bénédiction" de l'opération "Abidjan Perle des Lumières" avec ses détonations de feux d'artifices encore plus fortes. De nombreuses interrogations face à ce qui s'apparente à une négligence en attendant, les prochains dégâts, les prochains blessés et peut être le pire...

 

Williams F. Akiré