UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 22 février 2013

FEMUA 2013 : MAGIC SYSTEME - LA FOUINE, DU QUOTIDIEN DIFFICILE AU STATUT DE SUPERSTARS

La fouine, Magic Système, Asalfo, FEMUA, Anoumabo, Trappes, rap, galère, statut,Le festival des musiques urbaines d’Anoumabo annonce pour l’édition 2013, l’arrivée de la Fouine, qui représente aujourd’hui la crème du rap français. Avec cette pioche, les magiciens réalisent un gros coup surtout que le rappeur natif de Trappes est la figure de proue made in France en ce moment. Et c’est tout un symbole vu l’esprit du FEMUA et le parcours de la Fouine et des magiciens.

Anoumabo-Trappes, même vie difficile et berceaux de stars

Plus que ce plateau d’or pour cet évènement, il s’agit du sens du message du quatuor d’Anoumabo qui crève l’écran : partir de rien pour arriver au sommet. Avec Laouni Mouhid « La fouine », les gaous ont une illustration parfaite de leurs idéaux. Car comme eux, La fouine a une vie difficile et à travers ces albums il le traduit. De la rue à la prison en passant par les foyers, la Fouine en a bavé comme les magiciens dont la vie n’a pas été facile. Comme le dit souvent avec le sourire Asalfo le leader du groupe, « il y a des dettes que nous avons pas fini de payer ».

La fouine, Magic Système, Asalfo, FEMUA, Anoumabo, Trappes, rap, galère, statut,La fouine lui aussi rapporte dans ses chansons « on partageait nos grecs en deux» ou encore comme il le disait en 2009 dans le magazine Planète Rap Mag « Je n'avais que quinze ans quand j'ai été expulsé de l'école et placé en foyer. Je fuguais tout le temps. Mais il ne fallait pas que je dorme chez moi, sinon les flics venaient me rechercher direct. Je dormais chez des gens, dans des voitures, dans des locaux, etc. C'était la misère.»

Porte voix des milieux défavorisés, Magic Système et La fouine sont aujourd’hui des modèles de persévérance et de réussite avec pour point de départ des conditions pas évidentes.  La misère et la galère de la vie ont caractérisé leurs parcours mais aujourd’hui plus que jamais, le statut de super stars les réunit.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

mercredi, 20 février 2013

ADJAME PAR AGBAN: “OUI” A LA TRAVERSE DANGEREUSE

2013-02-15 09.13.11.jpgC’est un double sprint digne d’Usain Bolt que font tous les jours, les piétons au niveau d’Adjamé-Agban. Une fois descendus du gbaka en provenance de Yopougon, c’est la détermination et le courage en poche mêlés à la vitesse de pointe que les piétons affrontent l’autoroute pour regagner le côté de Williamsville.

Mais loin d’être en admiration devant les « exploits » de ces hommes, de ces femmes en complet maxi ou encore en jupe, il s’agit de relever les dangers et l’imprudence à l’œuvre dans ce périple. C’est en niant totalement les normes de sécurité que les piétons traversent l’autoroute au mépris des véhicules qui roulent à ce niveau à vive allure. Ici, tous ont choisi « la traversée dangereuse ». Et pourtant c’est à cet usage qu’ont été faits les deux ponts piétons sur cet axe. Certains estiment que ces ponts sont loin de leurs destinations. Cependant, les risques d’accidents mortels ne sont pas loin d’eux.

A un moment donné, les gendarmes interdisaient aux gbakas de stationner à cet endroit. Les raisons sont un peu flous car on parlait d’éviter l’affluence si près du camp de Gendarmerie d’Agban. A ce moment là, personne ne traversait l’autoroute à ce niveau. Tous descendaient au pont piéton ou même la station située plus haut. C’est à croire qu’il existe bien un moyen pour éviter le pire et éviter de voir venir le médecin après la mort.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE