UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 26 septembre 2012

Une affaire de "Bébé au dos"

Les armes ont repris leur concert de détonation et de crépitement en Côte d'Ivoire et les barrages et autres corridors de sécurité ont refait surface. Ainsi de jour comme de nuit, les fouilles et contrôles de véhicules et individus  se multiplient.  Toutes sortes de situations se produisent à ces check point, cette fois une affaire de "bébé au dos". 

Dans la soirée du mardi 25 au Nouveau Quartier, un habitant du quartier répondant aux initiales de Marc.A a été interpellé par un élément FRCI en ces termes "Eh mon ami viens ici! Donc toi la nuit là tu te promènes avec bébé au dos... " lance le soldat FRCI, cigarette en bouche visiblement le chef de poste car se trouvant dans un kiosque à café non loin du Poste de Contrôle des soldats situé au Carrefour du marché de ce quartier. Il poursuit en disant" Tu es du quartier? Laisse moi fouiller ton sac et prends garde à toi si j'y retrouve des munitions..."  lance le soldat d'un air ménaçant et hautain. Marc.A sans discuter  ouvre son sac avec calme en disant "C'est mon ordinateur et rien de plus". Bilan de cette fouille, rien!  Une affaire de "Bébé au dos"  et une forte dose d'arrogance voilà ce qu'a reçu un honnête citoyen.

Si ce n'est pas le racket déguisée en mendicité ce sont les interpellations niant toutes les règles de la profession. Dur d'être dehors même à 21heures dans certains quartiers surtout quand on a un "bébé au dos". 

Période de crise oui, mais traumatiser les populations par de telles attitudes n'est pas recommendable. La mission de l'armée c'est bien la protection des biens et des personnes et non de les mettres en danger.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 


jeudi, 13 septembre 2012

Le CNP suspend six journaux de l'opposition

presse.jpg


Les journaux bleus ne sont pas visisbles dans les kiosques  depuis ce jeudi. La raison, Le Nouveau Courrier, LG Info, Le Temps, Aujourd'hui, Le Quotidien d’Abidjan et l'Alternative (nouveau né depuis samedi dernier) ont été suspendus.

Après le quotidien Notre voie suspendu depuis samedi dernier, Le Nouveau Courrier, LG Info, Le Temps, Aujourd'hui, Le Quotidien d’Abidjan et l'Alternative (nouveau né depuis samedi dernier) vont à leur tour purger une suspension de six parutions. Six quotidiens proches de l’opposition ajoutés à Notre Voie, cela fait sept, tous suspendus par le Conseil National de la Presse. La décision est tombée mercredi nuit ne manque pas déjà de faire couler beaucoup d'encre surtout en ce moment où le pays est en quête de stabilité et de paix par une réconciliation nationale qui tarde à trouver ses marques. 

Le motif évoqué par le CNP, la diffusion collective de photos "soutenues par des légendes" qui "affublent" les détenus politiques proches de l’ancien président Laurent Gbagbo, la diffusion  "de titres de Premier ministre et ministre".

Le cas du journal l'Alternative issu de la même maison d'édition que le quotidien Notre Voie suspensdu depuis vendredi dernier, est particulier (suspension de deux semaines) est du au fait que le CNP estime que  comparé à Notre voie "Elle a un ours publication identique à celle de Notre Voie avec la même équipe rédactionnelle, le même site internet et la même adresse email", affirme le CNP.

L'organe de régulation de la presse parle de "défiance" et de "sédition" qu’il "ne saurait tolérée", qui "contribue sciemment" à "entretenir dans l’esprit des populations, l’existence d’un bicéphalisme au sommet de l’Etat" selon son communiqué.


Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE