UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mardi, 28 mai 2013

BONOUA : GAZ-CARBURANT : Voilà où l’argent travaille !

Si les ivoiriens cherchent encore où « l’argent travaille » comme l’a dit Alassane Ouattara, le président de la République, ils peuvent aller voir du côté de Bonoua. « Ici l’argent travaille et tu n’a plus de problème » confie un chauffeur de taxi de la ville quand on lui demande comment faire pour utiliser le gaz comme carburant sans souci et en foulant bien sûr au pied les interdictions. «  C’est un papier qui se fait à 24 000 FCFA je crois à la mairie et tous les taxis d’ici sont alimentés par le gaz. Les moteurs y sont adaptés et même si on veut passer au carburant il faut aussi changer le moteur » poursuit un peu hésitant et méfiant le chauffeur de taxi.

La réalité est qu’après Yamoussoukro, Bonoua aussi semble « légaliser » l’usage du gaz comme carburant. Et dans cette cité, les usagers sont presqu’insouciants des dangers et des normes « On va faire comment et puis ici on n’a pas encore vu de danger lié à cela donc y’a rien quoi », avoue en nous quittant notre chauffeur de taxi. A Bonoua, personne ne veut évoquer la dangerosité de cette pratique encore moins des mesures du gouvernement en la matière. Cependant, les dangers qui y sont liés, les habitants du quartier SOPIM de Yamoussoukro les connaissent avec la scène du taxi parti en feu le 29 Juillet 2012.

Si la question, de l’augmentation inexpliquée du prix du gaz domestique est très souvent mise sur la table. Le gouvernement et le ministre Adama Toungara en charge des mines et de l’énergie, devraient se pencher sur l’usage du gaz comme carburant, phénomène aux risques énormes.

 

Williams AKIRE

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 


Universités de Côte d’Ivoire : le départ nouveau finalement pas si « nouveau » que ça !

 

Cissé Bacongo, étudiants, université, Alassane Ouattara, ministre, enseignement, braquage, UFR, grogneSale temps dans les universités de Côte d’Ivoire ! Grogne  et tentative de lynchage de Cissé Bacongo, le Ministre de l’enseignement supérieur de la part des étudiants, grève d’enseignants, retour de la violence sur les campus, on peut dire que l’Université de Côte d’ivoire accumule les bobos depuis le départ nouveau il y a moins d’un an. Dernier coup dur en date, le braquage à l’anglaise de la comptabilité de l’UFR des Sciences économiques de l’Université Félix Houphouët Boigny (ex Cocody), ce lundi 27 mai sur le coup de 9heures. Trois bandits, se sont envolés avec 1 560 000 francs cfa selon la direction de l’université mais il serait question selon certains de 87 millions de francs cfa.

Les démons d’avant font leur retour en un temps record, alors que les sanctions tombent sur ceux qui ont dit-on suscité la violente contestation contre CisséBacongo.  Alassane Ouattara avait promis un départ nouveau pour le temple du savoir mais on peut le dire sans se tromper que les choses ne sont pas finalement si nouvelles, elles semblent même s’aggraver.

Aujourd’hui plus que jamais et plus que les étudiants, les dirigeants de l’université sont dans l’œil du cyclone  vis à vis de la hiérarchie et face à leurs responsabilités pour la gestion de cette patate chaude qu’est l’université. 

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE