UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

jeudi, 10 octobre 2013

Mondial 2014-Côte d’Ivoire / Sénégal : L’équipe à craindre pour les éléphants, la Séléfanto elle-même

Didier Drogba, Sénégal, match, Gervinho, Yaya Touré, Abidjan, Mondial, Papiss Cissé, Alain GiresseLe Sénégal est de nouveau sur la route de la Côte d’ivoire après les éliminatoires de la CAN 2013. Mais cette fois c’est pour une place au Mondial 2014 au Brésil que Lions de la Téranga et Eléphants devront se battre. Rendez vous est pris pour ce samedi. Dans ce  duel qui s’annonce épique, les ivoiriens auront pour plus gros adversaire, les éléphants de Côte d’Ivoire eux mêmes. En réalité, la participation à une troisième coupe du monde d’affilée ne dépend que Didier Drogba et ses partenaires.

Au regard des performances des joueurs ivoiriens dans leurs clubs et de ce qu’ils produisent en sélection, il y a tout à penser que la clé de ce succès est entre les mains des poulains de Sabri Lamouchi. De ces joueurs seuls, dépend leur prestation lors de cette double confrontation. Ils devront avant tout vaincre leurs égos surdimensionnés qui se sont encore étalés à leur dernier regroupement pour le dernier match de la phase de poule face au Maroc. La solidarité et la belle ambiance de façade ne sauraient apporter la qualification à la Séléfanto.

Il faudra aussi éviter la lourdeur habituelle du jeu diamétralement opposée à la vivacité que chacun d’eux montrent en club. Si Yaya Touré, montre sa grande forme actuelle avec Manchester City avec la sélection nationale, peu d’adversaires pourraient rivaliser. En mettant la main sur le jeu ivoirien comme il le fait avec son club, la Côte d’Ivoire a de fortes chances d’avoir en plus des résultats excellents, un jeu aussi de qualité. Gervinho a conquis les cœurs à la Roma et son état de forme actuel serait un atout sûr pour un succès au Félicia samedi. S’il faut se méfier de l’équipe d’Alain Giresse, il faut aussi avoir un œil sur les ivoiriens.

Les arguments pour passer le cap sénégalais et atteindre  le rêve brésilien, le groupe de Lamouchi les a. Ils devront juste troquer leur attitude presque je-m’en-foutiste pour la grinta et la rage de vaincre que Papiss Cissé et les siens ne manqueront pas de leur opposer.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

mardi, 01 octobre 2013

PDCI-RDA: Charles Konan Banny, pour « un quitte ou double politique » !

Charles Konan Banny, nouvel étalon en course pour la présidentielle de 2015 en Côte d’Ivoire. Son nom a longtemps rimé avec argent du fait de son poste de gouverneur de la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. Mais si le nom de l’originaire de Yamoussoukro, n’a pas toujours rimé avec politique, il a un certain moment symbolisé l’espoir d’un renouvellement de la classe politique ivoirienne. Il semble désormais décidé à prendre son destin politique en main après avoir essuyé plusieurs revers. Membre du PDCI mais pas trop loin des idéaux de nombreux militants de partis adversaires, l’actuel patron de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation, était espéré à la présidentielle de 2010 mais au finish l’inusable Henri Konan Bédié s’était préféré lui-même. Plus technocrate que politique, bon nombre d’ivoiriens de chapelles politiques différentes voyaient en lui, un homme d’Etat, « propre » c’est-à-dire sans une part active dans les remous socio politiques ivoiriens. Il représentait la carte à jouer en remplacement du triangle politique traditionnel Gbagbo-Bédié-Ouattara. Mais non ! Après la présidentielle de 2010, il est mis aux « vestiaires » en se voyant attribué le rôle de réconciliateur des ivoiriens. Une CDVR en réalité, qui n’a jamais pu travailler, donc qui n’a pas pu réconcilier les ivoiriens. Banny dans une CDVR, clouée dans les starting-blocks, cela fait l’affaire tant des caciques du PDCI RDA que du pouvoir en place. A son passage, à la primature sous Laurent Gbagbo en 2005, il s’était montré ferme dans sa gestion, chose qui lui avait valu la sympathie des uns et des autres. Aujourd’hui il veut prendre en main sa vie politique avant d’être repris par le temps. Charles Konan Banny a aujourd’hui 71 ans. C’est donc son premier véritable combat qu’il s’apprête à mener et peut être son dernier. a l’issue de la prochaine Présidentielle, un résultat autre que la victoire signifierait à n’en point douter la fin politique de l’ancien boss de la BCEAO. Williams F. Akiré willardofian@live.fr @WilliamsAKIRE