UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

mercredi, 20 février 2013

ADJAME PAR AGBAN: “OUI” A LA TRAVERSE DANGEREUSE

2013-02-15 09.13.11.jpgC’est un double sprint digne d’Usain Bolt que font tous les jours, les piétons au niveau d’Adjamé-Agban. Une fois descendus du gbaka en provenance de Yopougon, c’est la détermination et le courage en poche mêlés à la vitesse de pointe que les piétons affrontent l’autoroute pour regagner le côté de Williamsville.

Mais loin d’être en admiration devant les « exploits » de ces hommes, de ces femmes en complet maxi ou encore en jupe, il s’agit de relever les dangers et l’imprudence à l’œuvre dans ce périple. C’est en niant totalement les normes de sécurité que les piétons traversent l’autoroute au mépris des véhicules qui roulent à ce niveau à vive allure. Ici, tous ont choisi « la traversée dangereuse ». Et pourtant c’est à cet usage qu’ont été faits les deux ponts piétons sur cet axe. Certains estiment que ces ponts sont loin de leurs destinations. Cependant, les risques d’accidents mortels ne sont pas loin d’eux.

A un moment donné, les gendarmes interdisaient aux gbakas de stationner à cet endroit. Les raisons sont un peu flous car on parlait d’éviter l’affluence si près du camp de Gendarmerie d’Agban. A ce moment là, personne ne traversait l’autoroute à ce niveau. Tous descendaient au pont piéton ou même la station située plus haut. C’est à croire qu’il existe bien un moyen pour éviter le pire et éviter de voir venir le médecin après la mort.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

vendredi, 08 février 2013

Eléphants de Côte d’Ivoire : Quand Lamouchi échoue les critiques et les ivoiriens trépassent

 

Eléphants, Côte d’Ivoire, Lamouchi, Alain Lobognon, Zahoui François, drapeau, joueurs, Nigeria, sports, échec

Sabri Lamouchi a été reconduit à la tête des Eléphants de Côte d'Ivoire malgré tout. Les critiques et les commentaires n'auront pas suffi à faire plier ses employeurs là où d'autres  n'ont pas réussi

Là où François Zahoui n’a pas tenu la route, Sabri Lamouchi le sélectionneur des Eléphants de Côte d’Ivoire lui réussit. Il est maintenu à la tête de l’équipe nationale malgré la prestation en deçà de celle de la campagne en Guinée Equatoriale et au Gabon. Et le technicien franco-tunisien sûr de son affaire l’avait signifié avant confirmation. A la conférence de presse d’après match suite de l’élimination, Guy Florentin Yaméogo du quotidien Nord Sud lui avait demandé s’il démissionnerait ou s’il attendrait d’être limogé « Je n’y pense même pas. » avait répondu l’ancien international français.

Alain Lobognon, ministre des sports disait mardi dernier dans l’édition du journal de 20 heures sur RTI1 « Il ne faut pas accuser les joueurs encore moins la FIF. Il faut se remettre en cause pour un rassemblement autour des Eléphants » avait-il dit au journaliste. Clairement, le patron du sport en Côte d’Ivoire n’en veut pas du tout au sélectionneur encore moins aux joueurs qui ont fait flotter bien bas le drapeau ivoirien.

A la suite de la CAN 2012 et le nouvel échec des ivoiriens en finale face à la Zambie, François Zahoui avait été limogé à la surprise générale. Mais on peut le dire sans se tromper, malgré les piètres prestations des ivoiriens et les critiques tout azimuts, Lamouchi est encore à la barre. Sidy Diallo, le président de la Fédération ivoirienne de football a été encore plus clair:« Tout le monde est content du travail de Lamouchi ».

C’est clair même quand Lamouchi échoue les critiques et les ivoiriens trépassent.

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE