UA-82266538-1
topblog Ivoire blogs

vendredi, 14 juin 2013

SMS ANNONCANT DES RAFLES : LA PSYCHOSE ENFLE !

« Information urgente : A partir d’aujourd’hui jusqu’au 28 juin il y aura rafle à partir de 22h tu as pièce, tu n’as pas pièce on te prend c’est rafle générale dans toutes les viles du pays. (Terroristes à nos portes).svp infrmez qui vous pouvez… » Ceci est un sms intégral dans toute sa forme et selon son style qu’a reçu une étudiante ce mardi 11 juin. Et il ne s’agit pas d’un cas isolé parce que plusieurs autres personnes ont reçu pareils messages.

Pour enfler, la psychose enfle et intox ou pas ces messages font leurs effets dans les habitudes des ivoiriens. Les discussions dans les quartiers ont aussi au menu cette affaire de rafle. M.F, habitante de la commune de Yopougon lance à un visiteur qui arrive chez elle « Toi là on rafle hein ! ». Les rues se vident plus tôt que prévu et les travailleurs de la nuit ne sont pas favorisés. Même dans le transport en commun, les ivoiriens en parlent. Mais un bémol demeure malgré tout.

La grande question c’est au sujet de l’authenticité de ces messages qui ne rassurent en rien les ivoiriens dans ce contexte de représailles djihadistes. Qu’en pense l’Etat ivoirien ? Voilà à une question que se pose bon nombre d’ivoiriens. En réalité, si cela est le fait de fauteurs de troubles, des mesures doivent être prises pour éviter des désagréments. Si c’est une opération avérée, il faut aussi que l’information soit relayée par des moyens officiels.

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

@WilliamsAKIRE

 

 

ISAÏE BITON KOULIBALY TOUT FEU TOUT FLAMME: « LES AFRICAINS NE LISENT PAS, ILS AIMENT LES FEMMES ! »

isaie.jpgIsaïe Biton Koulibaly, le prolifique écrivain ivoirien se désole face à la forte tendance des africains à fuir les livres. On aurait cru entendre « Ah les africains ! » comme « Ah les femmes ! », le titre d’une de ses œuvres. L’auteur de « la parenthèse délicieuse » estime que « Les africains ne lisent pas, ils aiment les femmes !». C’est pourquoi le thème de la femme l’intéresse particulièrement. Mais chez Isaïe Biton, il n’y a pas que la femme : « Mes thèmes d’écriture sont la femme, le pouvoir et Dieu et ma littérature modèle c’est la littérature russe», a poursuivi l’auteur pour répondre à ceux qui le considèrent comme l’écrivain des femmes.

Pour lui, l’image de la femme attise le regard et l’intérêt donc il en profite. Il estime que le thème de la femme n’est pas un fond de commerce toujours rentable car il faut voir bien au-delà de cette image « Certains pensent que c’est une affaire de femmes. Et ils ont écrit mais ça n’a pas marché malheureusement ! »

La réalité est que par ici, écrivain n’est pas un métier dans toute sa dimension parce que les écrivains n’arrivent pas à en vivre. Un écrivain africain, ivoirien en particulier exerce toujours un autre boulot et l’écriture est une passion qu’il cultive malgré tout.

 

 

Williams F. Akiré

willardofian@live.fr

 

@WilliamsAKIRE